Depuis jeudi, la plateforme infonuagique de jeu Stadia est sortie un peu plus de l’univers Google.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Alors que les seuls téléphones compatibles étaient ceux de la gamme Pixel, de nouveaux appareils performants peuvent maintenant accéder à la plateforme infonuagique. Les propriétaires d’appareils Galaxy de Samsung, d’ASUS ROG Phone I et II et de Razer Phone peuvent donc accéder à leurs jeux vidéo de n’importe où, pourvu que la connexion internet soit de bonne qualité. Dans notre essai de Stadia, en début d’année, l’expérience sur téléphone intelligent avait été particulièrement réussie, bien que certains jeux à grand déploiement ne soient pas au mieux sur des écrans de 6’’. Le catalogue n’a pratiquement pas changé depuis le début de l’année, avec 42 jeux offerts.

> Consultez la page de Stadia

Vitesse montréalaise 

SAISIE D’ÉCRAN LA PRESSE

Même sans 5G, le Canada obtient un score étonnant pour la vitesse de son réseau mobile, classé 2e au monde selon le plus récent classement Opensignal, tout juste derrière la Corée du Sud.

Même sans 5G, le Canada obtient un score étonnant pour la vitesse de son réseau mobile, classé 2e au monde, selon le plus récent classement Opensignal, tout juste derrière la Corée du Sud. À partir de 629 millions de mesures sur 219 337 appareils, on a ainsi obtenu une moyenne de 55,4 Mb/s en téléchargement à l’échelle canadienne – contre 58,7 Mb/s pour la Corée du Sud et son réseau 5G flambant neuf, mais utilisé par une minorité d’usagers. À Montréal, Telus offre une moyenne spectaculaire en téléchargement de 102,4 Mb/s, suivi de Bell (96,1), de Rogers (58,4) et de Vidéotron (38,9). Telus, en fait, coiffe ses compétiteurs dans cinq des six catégories de mesures au Canada.

> Lisez le rapport d’Opensignal (en anglais)

Dreams

IMAGE FOURNIE PAR SIE

La plus récente exclusivité de Sony Interactive Entertainement, Dreams, est un jeu magnifique, salué par la critique, mais terriblement déroutant.

La plus récente exclusivité de Sony Interactive Entertainement, Dreams, est un jeu magnifique, salué par la critique, mais terriblement déroutant. Dans une ambiance onirique, et après de longues séquences de préparatifs et d’apprentissage, on vous offre de créer de toutes pièces votre jeu vidéo ou votre œuvre artistique, avec animations, bande sonore et scénario de votre cru. Dreams repose également sur la collaboration qui permet de prendre connaissance et d’intégrer les créations des autres joueurs. On ne peut qu’être impressionné par les possibilités offertes par ce « jeu », mais soyez prévenu : il faut être créatif et être mordu de conception de jeux vidéo pour embarquer pleinement. Honnêtement, ce n’était pas notre cas et nous avons décroché après une demi-douzaine d’heures.

Dreams, offert exclusivement pour la PS4 (copie offerte par SIE)