(Toronto) TekSavvy Solutions a lancé une campagne de publicité pour obtenir le soutien du public dans une lutte politique que les fournisseurs de services internet indépendants du Canada mènent contre les grandes compagnies de téléphone et de câblodistribution.

David Paddon
La Presse canadienne

Bell, Rogers et les autres grandes sociétés de télécommunications ont demandé au cabinet fédéral, en novembre, d’annuler une décision réglementaire de 2019 qui a réduit le montant qu’elles peuvent facturer aux fournisseurs indépendants comme TekSavvy, qui doivent acheter un accès à leurs réseaux.

Les géants de l’industrie soutiennent que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a outrepassé son autorité en août en réduisant les tarifs de gros d’un maximum de 43 % et en abaissant les tarifs d’accès d’un maximum de 77 %.

Les fournisseurs indépendants canadiens de petite et moyenne taille desservent collectivement environ un million de ménages à l’aide d’infrastructures qu’ils possèdent ou louent. TekSavvy est le plus grand fournisseur de service internet indépendant.

La vice-présidente de TekSavvy, Janet Lo, a indiqué que la société, établie à Chatham, utiliserait des panneaux d’affichage, des publicités sur les transports en commun, les médias sociaux et d’autres publicités pour exhorter le public et les politiciens à soutenir le CRTC et à s’opposer au retour de taux plus élevés.

« Nous essayons tout simplement de sensibiliser le public, pour nous assurer que tous les Canadiens savent qu’ils peuvent faire entendre leur voix et parler à leurs députés si cette question est importante pour eux », a expliqué Mme Lo lors d’une entrevue, à Ottawa.

Le cabinet a fixé au 14 février la date limite de réception des commentaires sur la question et TekSavvy a indiqué qu’elle recueillerait les commentaires sur le site web paylesstoconnect.ca (en anglais).

Bell et un groupe d’autres fournisseurs de services internet traditionnels ont également lancé des contestations complémentaires, mais distinctes, par l’intermédiaire de la Cour d’appel fédérale et du CRTC lui-même.

Entre autres choses, l’un des principaux problèmes en litige est de savoir si le CRTC ou les fournisseurs eux-mêmes sont les plus qualifiés pour calculer combien il en coûte aux géants des télécoms pour fournir un accès à leur infrastructure en tant que grossistes.

Les grands fournisseurs soutiennent que le processus d’examen du CRTC, qui s’est étiré sur plus de trois ans, était imparfait et qu’il saperait la confiance requise pour risquer des milliards de dollars dans le but de construire des réseaux de grande qualité.

TekSavvy soutient que les grands transporteurs tentent d’utiliser le CRTC, les tribunaux et le cabinet pour « manipuler le système en toute impunité » en utilisant des coûts de gros gonflés qui paralysent leurs plus petits rivaux.