Un convecteur mural programmable, puissant et avec thermostat intégré pour moins de 100 $, c’est trop beau pour être vrai. C’est ce que le fabricant Nordik promet et, de fait, c’est un produit qu’il vaut mieux éviter.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

On aime

Le meilleur argument du convecteur mural Nordik à 1500 watts, avec thermostat intégré, est son prix. À 99,99 $ dans plusieurs grandes surfaces, notamment Rona et Réno-Dépôt, il est imbattable.

Il a plutôt fière allure également et ne semble pas du tout bon marché. Il n’est pas trop encombrant, à peine 58 cm de large sur 44 cm de haut. Ses trappes d’aération en dessous et sur le devant assurent un transfert circulaire de l’air, plus uniforme et plus équilibré en principe que les bonnes vieilles plinthes. Son installation est un charme avec son panneau dévissable à l’arrière, ses connecteurs inclus ainsi que les vis et ancrages pour installer son support sur le mur.

Une demi-heure nous a suffi pour tout mettre en place.

À l’allumage, on voit apparaître sur son écran à cristaux liquides la température de la pièce, celle de consigne et l’heure avec le jour de la semaine. On programme le tout en utilisant deux flèches vers le haut et le bas et le bouton Mode, qui fait office de confirmation et de changement de mode de programmation.

Le premier mode, le plus couramment utilisé, s’affiche comme « Hold ». Il s’agit tout simplement de la température désirée en tout temps, celle à laquelle le convecteur devrait arrêter de chauffer. Pour le programmer, il faut appuyer longuement sur le bouton Mode puis sélectionner la bonne température avec les flèches. Après une dizaine de secondes sans rien toucher, la température est définie. On peut également avec le bouton Mode voir s’afficher le nombre d’heures de fonctionnement dans la journée ou la semaine.

On dispose en outre de quatre programmations, de P1 à P4, qui permettent de choisir des températures différentes selon l’heure et le jour de la semaine. Une fois les données entrées avec les flèches et le bouton Mode, on ne touche plus à rien et la température programmée devient effective.

Avec ses 1500 watts, ce convecteur chauffe bien, pas de doute, et il a bien fait son travail de ce point de vue dans une petite salle de bain d’environ 60 pieds carrés. Il est silencieux et quand même bien moins coûteux qu’un luxueux aéroconvecteur qui se vend deux à trois fois plus cher.

On aime moins

Le thermostat interne de notre unité semblait peu fiable. Il avait la manie de rester bloqué sur une température donnée, par exemple 21 degrés, bougeant à peine même si le convecteur chauffait depuis plusieurs heures.

Plus grave, le convecteur continuait à chauffer même quand la température de consigne avait été atteinte et dépassée. Un autre thermomètre placé dans la pièce nous l’a confirmé.

On peut blâmer un thermostat défectueux, une mésaventure qui arrive. Mais l’interface même de ce thermostat est un défi au bon sens. Habituellement, il suffit d’appuyer sur la flèche supérieure ou inférieure pour définir une température de consigne. Pas avec le Nordik. Il faut d’abord le réveiller avec une première pression, puis appuyez longuement pour voir apparaître le mot Hold qui clignote, puis changer la température.

Il nous a fallu en moyenne trois ou quatre essais pour arriver à nos fins, et on ne parle quand même pas ici de la configuration d’un nouveau PC ou d’un logiciel de traitement vidéo.

On a pitié d’avance du pauvre utilisateur pas du tout pitonneux qui va vouloir changer la température.

La programmation est tout aussi compliquée et plutôt décourageante. Heureusement qu’il ne s’agit pas vraiment d’une fonction très utile. Par ailleurs, tout est à recommencer si le courant est coupé quelques secondes : on perd l’heure, la date, la température de consigne, la programmation. Le thermostat revient à ses réglages d’usine, il n’a aucune mémoire.

On a apprécié les ancrages déjà fournis, mais ils sont de piètre qualité et ne tenaient pas vraiment, ce qui n’est pas propre à Nordik, cela dit. Nous les avons changés pour de vrais ancrages capables de tenir dans un mur de placoplâtre.

Enfin, vous trouverez peu d’aide sur le web en cas de pépin. Il n’existe tout simplement pas de site internet pour ce produit. Ne perdez pas votre manuel d’usager.

On achète ?

La quête de bons produits à des prix étonnamment bas est généralement décevante, et ce Nordik ne fait pas exception. Oui, il chauffe, il est joli et son élément n’a pas brûlé en deux semaines de tests, mais son interface et la fiabilité de son thermostat intégré en font un produit à éviter.

Désolé, si vous cherchez ce type de produit, vous devriez plutôt vous tourner vers Stelpro avec ses gammes bon marché, Mirage ou Uniwatt, qui sont toutefois deux fois plus chers.

Fiche : Nordik modèle 30 665 006, convecteur mural programmable 1500 watts
Fabricant : Nordik
Prix : 99,99 $
Note : 2 sur 5