(New York) La plateforme Twitter a annoncé mercredi qu’elle allait exiger le retrait des publications mensongères sur les vaccins contre la COVID-19 à partir de la semaine prochaine, emboîtant le pas à Facebook et à YouTube.

Agence France-Presse

« Dans le cadre d’une pandémie, la désinformation sur le vaccin présente un défi majeur et croissant de santé – et nous avons tous un rôle à jouer », indique l’équipe responsable de la sécurité de Twitter dans un article de blogue.

Le réseau des gazouillis pourra demander aux utilisateurs de supprimer de fausses affirmations suggérant que les vaccins sont utilisés pour porter atteinte ou contrôler des populations, des mensonges sur de prétendus effets indésirables ou des remises en cause de l’existence même de la COVID-19 et de la nécessité de se faire vacciner.

Les personnes concernées devront effacer leurs messages pour être autorisées à tweeter à nouveau.

À partir du début de l’année prochaine, Twitter envisage également d’apposer des avertissements sous des tweets contenant des rumeurs sans fondement ainsi que des informations incomplètes ou hors contexte au sujet des vaccins.

La plateforme applique déjà des règles concernant la désinformation sur le virus, mais elle n’avait jusqu’à présent pas annoncé de mesures spécifiques pour les contenus liés aux vaccins.

Les campagnes de vaccination ont débuté dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada, et devraient démarrer très prochainement dans l’Union européenne.

Dès octobre, alors que les vaccins n’en étaient qu’au stade des tests cliniques, YouTube et Facebook avaient annoncé un règlement strict visant à interdire la désinformation sur les vaccins et les efforts pour nuire aux campagnes de vaccination.