Tout comme l’iPad, le studio montréalais Budge fête cette année ses 10 ans. L’apparition de cette tablette tactile a permis au studio de concevoir l’impensable, des jeux pour enfants sans manette.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

« Ç’a a tellement tout changé, résume David Lipes, co-PDG et cofondateur du studio. Après un milliard de téléchargements, on est encore là parce que les tablettes, et l’iPad en particulier, nous ont aidés à bâtir un studio de plus de 100 employés. » Après les jeux à petit prix, Budge a proposé des dizaines de « freemiums », gratuits avec achats intégrés. Depuis 2017, un autre modèle fait son nid, celui des abonnements mensuels. « On peut bâtir des jeux plus robustes et les améliorer s’il y a de l’intérêt », indique M. Lipes.

Pour en savoir plus sur Budge

Reservoir

IMAGE FOURNIE PAR SIE

Derrière la pochette et le matériel marketing du tout nouveau remake pour la PS5 de Demon’s Souls, on retrouve un studio québécois fondé en janvier 2019, Reservoir Creatice.

Qu’ont en commun Iron Man VR, World of Warcraft, le tout nouveau remake pour la PS5 de Demon’s Souls et quelques jeux AAA qu’on n’a pas le droit de nommer ? Les pochettes et le matériel promotionnel ont été conçus par un tout jeune studio montréalais, Reservoir, un domaine méconnu dans lequel il s’est rapidement taillé une belle réputation. « La pandémie, on n’a pas vécu ça, on a eu au contraire une courbe de croissance depuis le début de l’année », dit Victor Rainville, producteur exécutif et associé de Reservoir Creative. La prochaine étape : créer tout le matériel marketing, jusqu’aux bandes-annonces. « On veut une croissance, oui, mais saine, précise M. Rainville. On a été obligés de refuser plus de projets qu’on en a accepté. »

Visitez la page officielle de Reservoir Creative

Assassin’s Creed Valhalla

IMAGE FOURNIE PAR UBISFOFT

Malgré quelques anicroches techniques, Valhalla est un excellent Assassin’s Creed, qui amène la franchise à un autre niveau, renouvelant le genre en respectant le concept de base.

Après avoir séduit 155 millions de joueurs depuis 2007, la franchise Assassin’s Creed se lance à l’assaut de la mythologie viking dans le plus récent opus, Valhalla, orchestré par Ubisoft Montréal et offert depuis mardi. Malgré quelques anicroches techniques, il s’agit d’un excellent Assassin’s Creed, qui amène la franchise à un autre niveau, renouvelant le genre en respectant le concept de base. On aurait aimé y retrouver une certaine légèreté qui planait sur les épisodes précédents, mais on doit admettre que l’atmosphère de l’Angleterre de l’époque, où notre Viking va faire prospérer sa colonie, est superbement rendue, avec des missions et une évolution qui captiveront le joueur pour une bonne centaine d’heures. Notre note : 4 sur 5.

Lisez notre critique complète