(New York) Le fabricant américain de puces informatiques AMD (Advanced Micro Devices) va débourser 35 milliards de dollars pour racheter son rival californien Xilinx, une opération qui accentue la consolidation d’un secteur en pleine transformation.

Juliette MICHEL
Agence France-Presse

Avec cette transaction, AMD se renforce face au géant Intel au moment où les vendeurs de microprocesseurs profitent à plein de l’expansion de la 5G ou de l’intelligence artificielle, dans les systèmes de conduite autonome ou les jeux vidéo par exemple.

Des groupes comme Google, Amazon (AWS), Microsoft ou Samsung, sont en quête de produits permettant d’accroître l’efficacité de leurs centres de données dans des tâches spécifiques.

Pour mieux répondre à la demande, les acteurs du secteur sont prêts à casser leur tirelire.  

Le fabricant américain de processeurs graphiques Nvidia a ainsi déboursé en septembre 40 milliards de dollars pour s’emparer de la société britannique Arm, productrice de 95 % des microprocesseurs de téléphones portables et tablettes dans le monde.

Aux États-Unis, le fabricant de semi-conducteurs Analog Devices (ADI) a aussi annoncé en juillet vouloir mettre la main sur son concurrent Maxim Integrated pour 21 milliards de dollars.

Le deuxième fabricant mondial de semi-conducteurs, le sud-coréen SK Hynix, s’est aussi dit prêt la semaine dernière à dépenser 9 milliards de dollars pour acquérir l’activité puces mémoires NAND d’Intel.

En mettant la main sur Xilinx, AMD rejoint cette course à la taille.  

Ensemble, les deux groupes « tireront profit des opportunités émergeant des segments de croissance les plus importants du secteur, des centres de données aux jeux, en passant par les ordinateurs personnels, les communications, l’automobile, l’industrie, l’aérospatiale et la défense », souligne un communiqué.

AMD est un des leaders du secteur des semi-conducteurs, spécialisé notamment dans les processeurs pour les ordinateurs des particuliers, les serveurs et les jeux.

Ses revenus ont augmenté cette année, dopés par la hausse de la demande pour les ordinateurs et les jeux vidéo, elle-même nourrie par la pandémie de coronavirus ayant conduit au confinement.

 13 000 ingénieurs

Un mariage avec Xilinx, fondé en 1984, lui permet de devenir un acteur important sur le créneau des processeurs programmables (FPGA, Field-Programmable Gate Array).

Xilinx dispose notamment de systèmes de calculs adaptatifs permettant de répondre aux exigences d’infrastructures de la technologie 5G.

Le groupe est aussi propriétaire d’une plateforme de calcul adaptative baptisée Versal, qui repose sur l’idée que le matériel et les logiciels d’accélération peuvent changer en fonction des charges de travail pour les centres de données, l’automobile, les industries câblées et la défense par exemple.

Le rachat de Xilinx « marque la prochaine étape de notre voyage pour faire d’AMD le leader de l’informatique haute performance et le partenaire de choix des plus grandes et des plus importantes entreprises technologiques au monde », a estimé sa directrice générale Lisa Su, citée dans le communiqué.

Le nouveau groupe aura au total 13 000 ingénieurs et dépensera plus de 2,7 milliards de dollars par an en recherche et développement, ce qui lui permettra « de fournir une offre de produits et des solutions spécifiques encore plus solides ».

Il estime pouvoir faire, après 18 mois, 300 millions de dollars d’économies par an.  

La transaction, validée par les conseils d’administration des deux groupes, doit encore recevoir le feu vert des autorités de la concurrence. Elle devrait être finalisée d’ici fin 2021.

À Wall Street, l’action de Xilinx prenait plus de 9 % en début de séance mardi tandis que celle d’AMD lâchait environ 4 %.

Mais cette dernière s’affiche en hausse de près de 80 % depuis le début de l’année.  

Celle d’Intel a perdu sur la même période plus de 20 %. Le géant des microprocesseurs a fait part la semaine dernière d’une baisse de son bénéfice net de 29 % au troisième trimestre, à 4,3 milliards de dollars, assorti d’un repli de son chiffre d’affaires de 4 % à 18,3 milliards.  

AMD, qui dévoilait aussi ses résultats trimestriels mardi, reste beaucoup plus petit pour l’instant, mais son activité est en forte croissance : son chiffre d’affaires a augmenté de 56 % à 2,8 milliards de dollars sur la même période et son bénéfice net a plus que triplé à 390 millions de dollars.