Arkangel AI, une entreprise émergente montréalaise utilisant l’intelligence artificielle pour « détecter les maladies évitables en trois secondes », est une des neuf candidates retenues par Google pour la première cohorte de son accélérateur canadien.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Annoncé en début d’année, Google for Startups offre à ces jeunes pousses trois mois de mentorat et d’assistance technique à compter du 8 septembre prochain. Fondée en 2019 par José Zea, José Elias Gómez et Laura Velásquez, Arkangel AI est décrite comme une « Siri pour la santé ». Son objectif : venir en aide aux populations vulnérables, alors que 56 % des décès dans le monde sont causés par des maladies, comme la malaria, qui peuvent être traitées, mais qui ne sont pas diagnostiquées à temps.

Pour en savoir plus sur la première cohorte de Google for Startups

« Silicon Toronto »

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

À l’image de cette simulation artistique du projet de Hyperloop, Toronto est une destination techno de plus en plus prisée par les immigrés hautement qualifiés, selon un reportage du magazine Wired.

En 2017, il s’est créé plus d’emplois technos à Toronto qu’à Seattle et dans la baie de San Francisco réunis. Un des éléments de cette « sauce secrète », décrit par le magazine Wired : les immigrés hautement qualifiés fuient la Silicon Valley, ses loyers exorbitants et le racisme omniprésent aux États-Unis et s’établissent en grand nombre dans la métropole canadienne. On y présente notamment le témoignage de Joseph Cobhams, un programmeur nigérian prometteur, interpellé trois fois en deux semaines lors de son passage à New York. Établi depuis un an à Toronto, il estime y avoir subi « à peine 1 % » du racisme qu’il a vécu aux États-Unis.

Lisez l’article de Wired (en anglais)

Rétrocompatibilité

IMAGE FOURNIE PAR MICROSOFT ET SONY

Les nouvelles consoles Xbox Series X et PS5 arriveront sur le marché d’ici la fin 2020.

Les joueurs qui prévoient d’acheter les nouvelles consoles PS5 et Xbox Series X d’ici quelques mois ont quelques inquiétudes concernant la compatibilité de leurs vieux jeux. Chez Microsoft, il n’y a aucune ambiguïté : tout ce qui fonctionnait sur Xbox One sera transféré sur la nouvelle console, a-t-on promis en juin dernier. Sony a été un peu moins claire, annonçant un mode Legacy (« Héritage ») sur la PS5 qui permettrait à « l’écrasante majorité des jeux de la PS4 » de fonctionner. Mais cette fonction est évaluée « titre par titre », a indiqué au printemps un haut responsable. Par ailleurs, plusieurs studios, notamment Ubisoft et Bethesda, ont promis des versions PS5 gratuites pour des jeux achetés récemment.

Pour s’y retrouver : lisez l’article d’Ars Technica (en anglais)