Deux écrans, des composantes de luxe à un prix imbattable, un appareil photo enfin à la hauteur : le LG V60 ThinQ 5G en met décidément plein la vue. Quelques irritants en moins et on lui donnerait une note parfaite.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

On aime

Il s’agit d’un troisième essai pour LG dans le tout nouveau monde des téléphones à double écran, et nous avons souvent été un peu sceptique quant à leur utilité. C’était avant que les vidéoconférences et le télétravail deviennent la norme. Deux semaines d’utilisation intensive du LG V60 ThinQ 5G Dual Screen nous ont convaincu : ouvrir ses courriels tout en jasant sur Zoom, utiliser un écran comme manette pendant que l’autre affiche un jeu vidéo ou aller sur YouTube pendant une discussion sur Slack est maintenant tout naturel.

Ce petit miracle est rendu possible par l’ajout d’un étui avec écran au téléphone principal. Il ne s’agit donc pas d’un seul écran pliable comme dans le cas du Galaxy Fold, mais plutôt de l’équivalent de deux téléphones liés utilisant le même processeur.

Et ce téléphone au nom à coucher dehors est capable de gérer sans ralentir beaucoup de demandes, grâce à la puce dernier cri Snapdragon 865 et ses 8 Go de RAM. Et sa batterie de 5000 mAh assure une autonomie plus que respectable : il nous a fallu deux pleines journées d’utilisation élevée pour la vider, pratiquement un record.

Ses capacités photographiques sont étonnantes. Même si LG n’a pas embarqué dans la surenchère de caméras arrière et se contente de deux objectifs, un grand-angle et un très-grand-angle appuyés par un capteur de profondeur, le V60 a battu clairement son rival sud-coréen, le fameux Galaxy S20 Ultra 5G de Samsung, dans notre test de comparaisons de photos.

Les tons du LG étaient généralement plus clairs et plus chauds et la gestion des contrastes, meilleure. Son principal défaut : une tendance à saturer les couleurs. Évidemment, côté zoom, il ne peut rivaliser avec le téléobjectif optique 4x du S20.

Avantage imbattable du V60, par contre, on peut utiliser son deuxième écran pour voir les photos qui viennent d’être prises. Plié, on peut l’utiliser comme un périscope, ce qui permet par exemple de prendre une photo en plaçant le téléphone au-dessus du sujet ou dans un angle normalement impossible.

Les deux écrans ont la même configuration, OLED avec 6,8 pouces de diagonale et une résolution de 395 ppi. Belle surprise, on a conservé la prise jack et introduit la possibilité de diffuser du son en haute résolution, 32-bit QUAD Dac. L’enregistrement vidéo peut monter jusqu’à 8K.

Enfin, toute cette offre est à un prix bien inférieur à ceux des rivaux hauts de gamme de Samsung et Apple, soit 1100 $.

On aime moins

Assemblé avec son étui, le V60 pèse 348 g et fait 14,9 mm d’épaisseur. Il est gros et peu séduisant.

Il a fallu faire quelques compromis pour garder l’ensemble à un prix concurrentiel, et le premier concerne l’écran au taux de rafraîchissement de 60 Hz, alors que la norme chez les premiers de classe Android est maintenant de 120 Hz. Les 8 Go de RAM, également, ne sont pas des plus généreux.

L’utilisation des deux écrans simultanément par une même application ne fonctionne pas toujours bien. Tout dépend de l’application, et elles sont encore rares à utiliser cette fonction.

Enfin, pour charger le tout, on a créé un nouvel adaptateur, unique à LG, dans lequel il faut brancher une prise USB-C. Encore un autre modèle de prise.

On achète ?

Vous vous êtes reconnu dans le premier paragraphe de cette critique ? Vous êtes du genre superutilisateur qui a besoin de deux écrans en même temps ? À sa troisième version, le téléphone à écran double de LG remplit plus que jamais ses promesses, et coûte 200 $ de moins que son prédécesseur. La nouvelle, c’est qu’il dispose maintenant de capacités photographiques hors pair.

Un bon achat pour l’utilisateur exigeant, pas de doute.

V60 ThinQ 5G Dual Screen

Fabricant : LG

Prix : 1100 $ (en ligne chez Bell et Koodo)

Note : 4,5 sur 5