(New Delhi) L’Inde a interdit jeudi l’utilisation du logiciel de visioconférence Zoom pour les réunions gouvernementales en période de confinement, l’entreprise américaine ayant été confrontée à de nombreuses failles de sécurité.

Agence France-Presse

« La plateforme ne doit pas être utilisée par des fonctionnaires/officiels du gouvernement à des fins publiques » a affirmé le ministère des Affaires intérieures dans un communiqué publié jeudi.

« Zoom n’est pas une plateforme sûre », est-il ajouté dans le communiqué.

Zoom, devenu très populaire à la faveur de la pandémie de COVID-19 et du confinement des populations, a subi ces dernières semaines une vague d’intrusions (« ZoomBombing ») dans des rendez-vous scolaires, rassemblements religieux et autres réunions à travers le monde.

Des grandes entreprises et organisations, comme la Croix-Rouge, ont récemment recommandé à leurs employés de ne pas l’utiliser.

La plateforme, qui a dépassé les 200 millions de participants à des réunions quotidiennes en mars, contre 10 millions en décembre dernier, a présenté des excuses et annonce depuis régulièrement de nouvelles mesures de sécurité, à l’image d’une « salle d’attente » créée pour que l’organisateur d’un rendez-vous puisse accepter les invités.

En France, la direction interministérielle du numérique « déconseille fortement » son usage aux fonctionnaires.