Alors que l’utilisation de l’internet à domicile a explosé depuis un mois, Bell a récemment augmenté de 5 $ les tarifs de plusieurs de ses forfaits internet. Selon ce que plusieurs clients ont rapporté à La Presse, factures en main, la hausse a été appliquée à compter du 1er mars et est apparue début avril sur leur facture, sur des forfaits aussi variés que Fibe 15 ou Fibe 500.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Ces clients ont ainsi vu passer leur facture internet, par exemple, de 59,95 $ à 64,95 $ et de 85,85 $ à 90,95 $ avant les différents rabais.

Il a été impossible de savoir combien de clients internet de Bell ont subi cette hausse. Selon le rapport annuel 2019, l’entreprise comptait 3,56 millions d’abonnés au Canada. Dans tous les cas rapportés, cette hausse avait été annoncée aux clients dès l’automne dernier, soit bien plus qu’un mois avant son application, conformément aux exigences du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

« Nous informons toujours les clients de tout ajustement de prix bien à l’avance, a précisé par courriel Caroline Audet, porte-parole chez Bell. Ces changements sont entrés en vigueur le 1er mars, mais ils ont été annoncés aux clients concernés en novembre et décembre dernier. »

Hausses reportées

L’application de cette hausse semble toutefois contredire ce que Bell annonce sur son propre site internet. « Il est possible que certains ajustements tarifaires de service communiqués il y a plus de 30 jours ou mis en œuvre précédemment apparaissent toujours sur votre dernière facture, peut-on lire. Toutefois, compte tenu de la situation de la COVID-19, nous avons pris la décision de repousser jusqu’à nouvel ordre tout ajustement tarifaire supplémentaire ».

Selon Mme Audet, cette consigne ne s’applique qu’aux hausses qui auraient été normalement signifiées pendant la crise de la COVID-19. Ce sont ces « ajustements », et non ceux qui ont été annoncés il y a plusieurs mois, qui sont reportés.

C’est précisément ce qui est arrivé fin mars, alors que plusieurs abonnés à la téléphonie résidentielle de Bell ont reçu un avis d’augmentation de 2,50 $ par ligne à partir du 1er mai. « Il était impossible d’arrêter les notifications, on était obligé de les sortir, mais on a indiqué qu’on a suspendu ces ajustements de tarifs », avait indiqué à La Presse Mirko Bibic, président et chef de la direction de Bell.

Depuis le début de la crise, Bell a annoncé dans un premier temps à la mi-mars l’abolition des frais d’utilisation excédentaire de l’internet, rendant de facto tous ses forfaits avec données illimitées. Le 18 mars, on a par ailleurs éliminé les frais d’itinérance pour toutes les destinations. Le lendemain, on a annoncé 10 Go de données gratuites pour les utilisateurs de stations Turbo et d’appareils MiFI, en plus d’un crédit de 10 $.

Mobile en hausse

Par ailleurs, malgré la fleur faite aux utilisateurs de stations Turbo, les frais de données internet ont été considérablement augmentés pour les utilisateurs mobiles. La Presse a ainsi pu constater que l’achat de 1 Go de données supplémentaires partageables, autrefois offert à 10 $, coûtait maintenant 25 $. Le maximum d’achat supplémentaire de 8 Go, qui coûtait 50 $ il y a deux mois, est maintenant facturé 60 $.