(Vancouver) L’opinion publique canadienne s’oppose fermement à ce que Huawei devienne un fournisseur de la nouvelle génération de réseaux sans fil ultrarapides construits par les entreprises de télécommunications du pays, révèle un nouveau sondage.

La Presse canadienne

Selon les résultats d’une enquête en ligne d’Angus Reid, publiés mercredi, 69 % des répondants s’opposent à ce que le gouvernement fédéral autorise le fabricant chinois d’équipements de télécommunications à s’impliquer dans les réseaux sans fil de cinquième génération du Canada.

Le sondage a également révélé que 66 % des personnes interrogées avaient une opinion négative de la Chine, contre 51 % en 2018.

Le sondage intervient alors que les États-Unis poursuivent leurs efforts de longue date pour convaincre leurs alliés tels que le Canada de bannir Huawei, qu’ils jugent comme une menace pour la sécurité nationale en raison de l’influence que le gouvernement chinois exerce sur elle.

Les États-Unis avertissent que la Chine pourrait exiger de la société qu’elle recueille des informations sensibles circulant par l’entremise de son équipement, une allégation qui, selon Huawei, n’est pas prouvée et va à l’encontre des intérêts commerciaux de la société.

Selon Angus Reid, 43 % des 1499 personnes interrogées en novembre ont indiqué que Huawei ne devrait certainement pas être autorisée à accéder aux réseaux 5G du Canada et 25 % ont estimé que cela ne devrait probablement pas être autorisé.

Le sondage a été réalisé en ligne, du 16 au 20 novembre. Selon les experts en sondage, les enquêtes en ligne ne peuvent se voir attribuer une marge d’erreur, car leur échantillon n’est pas probabiliste.