(Halifax) Le Canada doit rejeter le plan du géant chinois des télécommunications Huawei de déployer son réseau 5G au pays, car ce moyen technique pourrait être utilisé comme « un cheval de Troie » pour saper la sécurité nationale, a averti le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

La Presse canadienne

Robert O’Brien a lancé cette mise en garde au cours d’un forum international sur la sécurité qui se déroule ce week-end à Halifax. L’événement attire plus de 300 universitaires, responsables militaires et dirigeants gouvernementaux de 70 pays démocratiques.

Selon lui, Huawei utiliserait cette technologie pour créer des profils personnels de Canadiens et se servirait de ces renseignements privés pour influencer les élections et saper la démocratie.

PHOTO ANDREW VAUGHAN, THE CANADIAN PRESS

Le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Robert O’Brien

Il a affirmé qu’une grande quantité de données privées seraient ainsi mises en péril, y compris les dossiers de santé des Canadiens, leurs données bancaires et tous leurs messages publiés sur les réseaux sociaux.

M. O’Brien a prévenu qu’une telle intrusion dans les données personnelles aurait des conséquences sur la participation canadienne à l’alliance des services de renseignement Five Eyes, dont font aussi partie l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Plus tôt, le président du comité du Sénat américain sur les Affaires étrangères, le républicain James Risch, avait déclaré que le Canada devait réfléchir à deux fois avant de s’engager avec une entreprise qui n’est guère plus qu’une branche du Parti communiste chinois.

Un troisième officiel américain, le sénateur indépendant Angus King, qui siège à la commission sénatoriale sur le renseignement, a lancé une mise en garde similaire. « [Si le Canada permettait à Huawei de déployer son réseau], il serait difficile de partager l’ensemble des renseignements avec un partenaire ayant une ligne directe avec Pékin. »

La veille, le nouvel ambassadeur de la Chine au Canada, Cong Peiwu, avait tenté de dissiper toute crainte quant à la possibilité pour Huawei de participer à la construction des réseaux mobiles 5G de la prochaine génération au Canada.

PHOTO JUSTIN TANG, LA PRESSE CANADIENNE

Le nouvel ambassadeur de la Chine au Canada, Cong Peiwu

M. Cong a rejeté l’idée que Huawei pourrait compromettre la sécurité des utilisateurs en installant des canaux par la « porte arrière » dans les appareils, appelant cela une « accusation sans fondement ».

« Nous espérons donc que la partie canadienne offrira un environnement commercial équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises chinoises, y compris Huawei », a-t-il affirmé.