(San Francisco) Apple a supprimé de son App Store toutes les applications liées au vapotage en raison des dangers que la pratique pourrait présenter pour la santé, sur fond d’une véritable épidémie aux États-Unis qui a déjà fait 42 morts et près de 2200 malades cette année.

Agence France-Presse

«Récemment, des experts qui vont des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) à l’Association cardiaque américaine ont lié le vapotage et les cigarettes électroniques à une série de maladies pulmonaires et à des décès, parlant même de crise sanitaire et d’épidémie chez la jeunesse», explique Apple, confirmant une information d’Axios.

«Nous sommes d’accord et nous avons revu notre règlement de l’App Store pour indiquer que les applications qui encouragent ou facilitent l’usage de ces produits ne sont pas autorisées», ajoute le groupe, qui contrôle étroitement les applications pour ses produits mobiles, en premier lieu les quelque 900 millions d’iPhone dans le monde.

Au total, Apple a retiré 181 applications dans le monde entier mais les personnes qui les avaient téléchargées avant l’interdiction pourront continuer à les utiliser.

La semaine dernière, les autorités américaines avaient annoncé avoir très probablement percé le mystère de l’épidémie : une huile de vitamine E apparemment ajoutée dans des recharges au cannabis vendues sur le marché noir.

Peu auparavant, Donald Trump avait dit sa volonté de faire passer l’âge minimum pour acheter des cigarettes électroniques aux États-Unis de 18 à 21 ans.  Il devait aussi cette semaine présenter un plan plus vaste pour réduire le vapotage chez les jeunes, tout en faisant part de ses inquiétudes sur l’impact que pourraient avoir des restrictions trop lourdes sur l’avenir de cette industrie naissante.

Des grandes villes ou des États fédérés ont déjà pris leurs propres mesures d’interdiction plus ou moins sévères des cigarettes électroniques et des cartouches de nicotine.