Voici un bref survol des actualités du monde technologique.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Sports électroniques en famille

Foi de Stéphanie Harvey, cinq fois championne du monde de Counter-Strike : Global Offensive, le DreamHack 2019 dont elle est la porte-parole est plus un festival qu’une compétition classique de sports électroniques. Organisé à Montréal pour la quatrième fois, l’événement se termine aujourd’hui. « Il y en a pour toute la famille sur trois jours, presque 24 heures sur 24, indique-t-elle. On a des compétitions professionnelles pour Mortal Kombat 11, Rainbow Six : Siege, Rocket League et StarCraft II, les meilleurs au monde vont être là. Dans les tournois semi-pros et amateurs, on va avoir 1500 joueurs. On a neuf scènes où les gens peuvent regarder le tournoi, essayer les ordinateurs, participer à des concours… C’est comme un terrain de jeu de jeux vidéo. »

> Consultez le site web de DreamHack

Zero Latency

Zero Latency, c’est probablement la meilleure expérience de réalité virtuelle actuellement offerte à Montréal. La gigantesque salle, qui a ouvert ses portes au public le 31 août dernier rue Jean-Talon Est, offre quatre jeux de groupe destinés au grand public. Nous avons particulièrement apprécié Engineerium, très poétique avec des trouvailles étourdissantes qui exploitent la salle de 2200 pi2. « Il n’y a rien de comparable à Montréal », dit Marc-André Côté, un des trois partenaires du projet, avec Renaud Fortmann et Corinne Beaudoin.

Rendez-vous pirates

IMAGE TIRÉE DE L’AGENDA GOOGLE

Pour ne plus voir s’afficher les invitations qui n’ont pas encore été acceptées dans son calendrier, il faut désactiver dans les paramètres de l’Agenda Google l’option « Ajouter automatiquement les invitations ».

L’ingéniosité des pirates informatiques n’a pas de limite. La firme de cybersécurité Kaspersky a récemment levé le voile sur une nouvelle tendance qui tire profit d’une faiblesse des calendriers électroniques. Que ce soit Outlook ou l’Agenda Google, ces logiciels ont la fâcheuse manie d’afficher les invitations en gris dans votre calendrier comme s’il s’agissait d’événements réels, que vous ayez confirmé ou non votre participation. Kaspersky a relevé que dans le cas plus précis de l’Agenda Google, des cybercriminels contournaient ainsi les filtres antipourriel et glissaient des hyperliens vers des virus à l’intérieur de ces fausses invitations. La parade est relativement simple : il faut désactiver dans les paramètres de l’Agenda Google l’option « Ajouter automatiquement les invitations ». Et, évidemment, ne pas cliquer sur les liens suspects.

> Lisez le blogue de Kaspersky (en anglais)