Fibe, Helix, TiVo, OPTIK, une flopée d’indépendants… Malgré une érosion des abonnements, l’offre de télédistribution au Québec est vaste et s’est enrichie cette semaine d’une nouvelle plateforme, celle de Vidéotron. Voici un tour d’horizon des principaux produits offerts*.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Vidéotron

Avec 1,6 million d’abonnés, soit 54 % du marché, Vidéotron, propriété de Québecor, est le plus important télédistributeur au Québec avec son service illico. Son réseau combine essentiellement câble coaxial et fibre optique. Illico n’est plus offert aux nouveaux abonnés et sera graduellement remplacé par Helix, qui combine un routeur-modem, un terminal enregistreur et une télécommande vocale. Celle-ci permettra notamment les commandes domotiques et la recherche de contenus parmi les chaînes offertes par Helix, mais également sur d’autres plateformes comme Netflix et YouTube. Helix, plateforme de télé IP, permettra aux clients de Vidéotron de profiter de certaines fonctions qui étaient offertes chez le concurrent Bell, notamment le téléchargement d’enregistrements pour une écoute hors ligne et l’utilisation d’un terminal sans fil.

Le forfait le moins coûteux offert en ligne : 120 $ par mois, comprenant le service internet avec téléchargement illimité, les 23 chaînes du service de base et 10 choix supplémentaires parmi les chaînes « populaires ». Des frais mensuels de 17 $ s’ajoutent pour l’achat de l’équipement. Vidéotron offre en outre son propre service de vidéo en français sur demande, Club illico, au coût de 9,99 $ par mois. Selon le CEFRIO, 17 % des ménages québécois y sont abonnés.

Bell

Bell offre au Québec trois services de télédistribution : Télé Fibe, Alt Télé et Télé Satellite Bell. Son réseau combine essentiellement fils de cuivre et fibre optique. Le nombre des abonnés au Québec n’est pas connu, mais le rapport annuel de BCE en 2018 l’établissait à 2,9 millions pour tout le pays. Le plus connu des services, Fibe, est une plateforme IP offrant plus de 500 chaînes. L’enregistreur sans fil peut être installé partout dans la maison, branché par câble HDMI à un téléviseur principal et peut diffuser sur plusieurs appareils supplémentaires, notamment les téléphones, tablettes, ordinateurs, Apple TV, Amazon Fire Stick, Chromecast et Android TV. Le forfait le plus abordable est offert à 24,95 $ par mois pour 32 chaînes de base, ce à quoi il faut ajouter 20 $ par mois pour la location d’un terminal enregistreur. Bell a également son propre service de vidéo sur demande, Crave, dont le prix varie selon le télédistributeur. Selon le CEFRIO, 3 % des ménages québécois y étaient abonnés en 2018.

Alt Télé est un service simplifié de télédistribution par internet qui permet, grâce à une application, d’accéder aux chaînes sur un ordinateur, un appareil mobile ou une télévision intelligente. Il est offert à partir de 14,95 $ par mois. Télé Satellite Bell, enfin, offre une combinaison de connexion internet limitée à 5 Mbps et quelque 250 chaînes. Le forfait le plus abordable est de 44,45 $ par mois pour 47 chaînes, frais de location de 15 $ en sus.

Telus et Cogeco

Présente dans la grande région de Québec, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et la Côte-Nord, Telus compte 1,1 million d’abonnés à ses services de télédistribution dans tout le Canada. Son offre principale, Télé OPTIK, est une plateforme IP qui propose quelque 150 chaînes télé, avec accès à des chaînes spécialisées comme Crave, HBO, beIN et intégrant des applications comme Netflix, YouTube et ICI Tou.tv. Le forfait le plus économique offert est de 38 $, enregistreur numérique inclus, pour 25 chaînes et 4 applications.

Cogeco, selon son plus récent rapport annuel, compte 657 747 abonnés à son service de télédistribution au Canada et est surtout présent en région, hors de Montréal et de Québec. L’entreprise dont l’infrastructure utilise principalement le câble coaxial se présente comme « le deuxième câblodistributeur au Québec », après Vidéotron. Outre la télévision « standard », son offre est axée sur la plateforme IP TiVo, qui comprend un boîtier principal permettant d’enregistrer jusqu’à six émissions à la fois et des contenus accessibles sur les appareils mobiles. TiVo combine jusqu’à 301 chaînes télé et des services de vidéo sur demande comme Netflix, Crave et YouTube. Le forfait de base est de 25 $ pour 22 chaînes, à quoi il faut ajouter 7 $ pour le décodeur et 15 $ pour l’enregistreur.

Les indépendants

EBOX, VMedia, ColbaNet, Distributel… et la liste pourrait être encore plus longue. Depuis 2011, alors que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a divisé par dix le coût de revente du signal internet pour favoriser la concurrence, de nombreux fournisseurs indépendants se sont lancés dans la télédistribution. Il s’agit dans tous les cas de plateformes IP, de chaînes auxquelles on accède par l’entremise d’un boîtier modifié de type Android TV ou d’une application téléchargeable sur des modules comme une clé Roku ou une télévision intelligente. Ces fournisseurs indépendants offrent toutes les chaînes spécialisées québécoises, même celles appartenant aux grandes entreprises dont ils utilisent les signaux, à l’exception de Club illico. Fait à noter, dans certains cas, on respecte à la lettre la demande du CRTC d’offrir des forfaits de télédistribution de base à 25 $. Soit l’équipement est inclus, comme chez EBOX, soit le consommateur peut utiliser ses propres appareils, comme l’offrent Distributel et VMedia.

* Les prix et forfaits présentés sont ceux qui étaient offerts sur les sites des fournisseurs les 29 et 30 août dernier. Ils excluent les promotions et les rabais multiservices, ainsi que les offres non affichées dont peuvent profiter les clients. Tous les services de télédistribution IP ne sont offerts qu’aux clients utilisant le service internet du fournisseur.