Souvent perçus comme des appareils propices « au jeu et à la distraction », le téléphone intelligent et la tablette sont devenus les outils de révision par excellence, selon les statistiques d’Alloprof.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Pour la première fois depuis la création du service, en 1996, les appareils mobiles ont représenté 50 % des requêtes. C’est à Montréal qu’ils sont les plus populaires, avec 57 %. Fait rigolo, ce sont tout de même les jeux et les applications, mais éducatifs, qui figurent au sommet des contenus les plus consultés par les jeunes sur le site d’Alloprof. L’an dernier seulement, ils ont utilisé ce service quelque 30 millions de fois.

Consultez le site d’Alloprof

Mélodies à succès

SAISIE D’ÉCRAN DE L’APPLICATION RELAX MELODIES

L’application montralaise Relax Melodies consiste essentiellement en une centaine de sons nature, bruits de fond, musique – qu’on peut mixer, et de méditations guidées et exercices pour trouver un sommeil paisible, réduire son stress, voire « maîtriser ses rêves ».

« L’application ayant reçu les appréciations les plus positives de l’histoire de l’App Store », selon Business Insider. « Comme un GPS qui vous guide dans votre sommeil », estime le Guardian. L’objet de ces bons commentaires, c’est une application montréalaise qui a reçu une note de 4,8 sur 5 dans l’App Store, Relax Melodies. Conçue par la firme Ipnos, elle a été téléchargée 45 millions de fois et compte trois millions d’utilisateurs mensuels. D’une facture graphique très mignonne, elle consiste essentiellement en une centaine de sons nature, bruits de fond, musique – qu’on peut mixer, et de méditations guidées et exercices pour trouver un sommeil paisible, réduire son stress, voire « maîtriser ses rêves ».

Consultez le site pour en faire l’essai (gratuit pendant sept jours, 4,99 $ par mois par la suite).

Géants à l’écoute

PHOTO ASSOCIATED PRESS

Selon une enquête de Bloomberg, Facebook a fait écouter par des employés des extraits de conversations sur Messenger. 

Depuis qu’on a appris qu’Amazon employait des milliers de personnes pour écouter et retranscrire les commandes vocales destinées à son assistant vocal Alexa, à peu près tous les géants du web ont été pris dans la même controverse. Apple, Google et Microsoft ont tous avoué faire la même chose dans le but d’améliorer la reconnaissance vocale de leurs appareils. Tous se sont défendus en précisant que ces bouts de conversations étaient anonymisés. Le dernier en date, selon une enquête de Bloomberg : Facebook, qui a reconnu cette semaine faire de même avec les conversations sur Messenger. Toutes ces entreprises, à l’exception de Microsoft, ont annoncé qu’elles cesseraient cette pratique.

Lisez l’article intégral de Bloomberg (en anglais)