Compatible avec les trois assistants vocaux, fiable et simple à installer, le tout nouvel interrupteur Wemo n’a qu’une faiblesse flagrante : il ne peut servir de gradateur

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

On aime

Soulignons un fait rare : du branchement électrique de notre interrupteur Wemo à son contrôle par les trois assistants vocaux, il n’y a eu aucune mauvaise surprise. Zéro. Tout s’est déroulé comme décrit dans le guide de démarrage rapide. Bravo, Wemo.

On constate à l’usage que cette marque bien connue des amateurs de domotique mérite amplement sa bonne réputation. Ses produits sont stables, ne perdent jamais la connexion internet et sont simples à configurer.

Dans le cas de notre « interrupteur intelligent Wemo à trois voies », le premier défi est de trouver un emplacement avec un fil de neutre accessible. C’est obligatoire pour un interrupteur intelligent, qui doit recevoir de l’électricité en tout temps, et pas si fréquent dans les vieilles maisons.

Pourquoi « trois voies » ? Notre Wemo peut s’insérer dans un circuit qui comporte deux interrupteurs, le cas classique étant un plafonnier à l’étage qu’on peut éteindre et allumer de deux endroits différents. On peut également se contenter d’une installation classique en isolant un des cinq fils du Wemo, le rouge. C’est ce que nous avons fait.

Une fois l’appareil branché correctement, une lumière bleue sur l’interrupteur nous annonce que la configuration peut commencer. Il suffit de télécharger l’application mobile Wemo, de lui demander de détecter le nouvel interrupteur et… c’est tout. On peut dès lors allumer ou éteindre l’interrupteur par son téléphone ou sa tablette, ou programmer des cycles.

Précisons, si c’est nécessaire, qu’on peut tout simplement appuyer sur l’interrupteur pour l’allumer ou l’éteindre.

La dernière étape consiste à associer notre compte Wemo avec Alexa et l’assistant Google, de donner un petit nom à l’interrupteur pour qu’il obéisse aux commandes vocales. Dans le cas du HomeKit d’Apple, il faut plutôt scanner le code fourni dans le guide d’installation.

Dans les trois cas, comme nous le soulignions d’entrée de jeu, notre interrupteur a été reconnu sans hésitation et a pu être contrôlé par la voix.

Dernier point non négligeable, le Wemo est joli, avec son plastique blanc brillant et son petit cercle lumineux. Le tout semble solide, se nettoie bien et ne s’érafle pas facilement.

On aime moins

La grande déception, c’est que cet interrupteur Wemo ne peut faire varier la luminosité des lampes qui y sont branchées. C’est 0 % ou 100 %, rien entre les deux. Il est battu à ce chapitre par son concurrent chez TP-Link, le HS-220, vendu au même prix, qui comporte un gradateur, mais n’est pas compatible avec HomeKit ou les branchements à trois voies.

Autre détail qui peut s’avérer irritant, cet appareil Wemo est plus gros qu’un interrupteur classique. Il se pourrait que votre vieille boîte électrique soit trop petite pour l’accueillir.

On achète ?

Si vous voulez automatiser l’éclairage et que vous n’avez pas besoin de faire varier son intensité, l’« interrupteur intelligent Wemo à trois voies » est un excellent achat. La fiabilité et la simplicité d’installation de cet appareil sont très séduisantes.

Ce choix s’impose si vous souhaitez utiliser la plateforme HomeKit d’Apple, la moins garnie des trois en matière d’appareils compatibles.

Malheureusement, nous faisons partie de ceux qui aiment pouvoir contrôler l’intensité de l’éclairage à la maison. Et le Wemo est disqualifié par ce critère.

Interrupteur à trois voies Smart Light, modèle WLS0403

Fabricant : Wemo

Prix : 59,95 $ (prix chez Apple)

Note : 4 sur 5

Clins d’œil technologiques

Concurrence internet

Montréal est un terreau fertile pour les fournisseurs indépendants de services internet, avec 18,6 % des parts de marché. C’est en fait la région métropolitaine où ces services sont les plus populaires au Canada, selon une étude publiée par le Bureau de la concurrence cette semaine. Cette étude établit pour la première fois que ces concurrents aux grands acteurs comme Bell, Rogers et Vidéotron ont atteint le cap du million de ménages abonnés au Canada, surtout concentrés au Québec et dans le sud de l’Ontario. Selon le CRTC, les fournisseurs indépendants détenaient en 2017 13 % du marché. En moyenne, leur service coûte 15 % moins cher.

Ninja transfuge

Il s’agit de l’échange de l’heure dans le monde de la diffusion de jeux vidéo, comme si Sidney Crosby passait des Penguins de Pittsburgh aux Coyotes de l’Arizona. Début août, le streamer le plus populaire de la plateforme Twitch, Tyler Blevins, dit Ninja, a annoncé qu’il passait au concurrent Mixer, propriété de Microsoft. Il aurait accepté, alors qu’il comptait 14,7 millions d’abonnés sur Twitch, une offre de 50 millions US pour ce transfert risqué, quittant une plateforme appartenant à Amazon qui accapare 72 % du marché, contre 3 % pour Mixer. Cinq jours plus tard, il a annoncé sur Twitter avoir atteint le million d’abonnés sur Mixer. Précisons que Microsoft offre un mois d’abonnement gratuit à sa chaîne jusqu’au 30 septembre, après quoi les membres devront débourser 5,99 $US.

PHOTO JOHANNES EISELE, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Début août, le streamer le plus populaire de la plateforme Twitch, Tyler Blevins, dit Ninja, a annoncé qu’il passait au concurrent Mixer, propriété de Microsoft.

Pile Apple

Le site réputé iFixIt, qui se spécialise dans le démontage des appareils pour évaluer leur « réparabilité », a fait une découverte inquiétante : Apple a implanté une nouvelle façon de décourager les utilisateurs de changer leur pile ailleurs que dans ses boutiques. Si vous faites ce changement vous-même ou dans une boutique non officielle, même avec une pile d’origine d’Apple, vous serez incapable d’utiliser la fonction État de la batterie de votre iPhone. Vous aurez alors un « important message » impossible à effacer indiquant que « l’état de santéde la pile n’est pas disponible ». Cette nouveauté ne semble concerner que les plus récents iPhone.

SAISIE D’ÉCRAN TIRÉE DU SITE IFIXIT.COM

Une saisie d’écran de l’« important message » qui apparaît après toute modification non autorisée de la pile d’un iPhone