L’été, le chalet, la météo capricieuse et le réseau cellulaire agonisant… Des classiques. Il y a heureusement moyen de corriger ce dernier point avec un amplificateur de signal, et le Flare 3.0 fait un travail très honnête. Mais n’attendez pas de miracle.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

On aime

Ne tournons pas autour du pot : le Flare 3.0, fabriqué par l’entreprise américaine SureCall, fonctionne. Après l’avoir installé au chalet, une affaire d’une dizaine de minutes, nous avons obtenu une barre supplémentaire sur notre téléphone. Nous sommes passés d’une barre seulement à deux barres, et même trois pendant de brefs moments.

Concrètement, cela signifie des appels plus clairs, moins d’interférences, et une connexion internet plus stable. Précisons toutefois que la vitesse de téléchargement en aval (download) de données n’a pas changé, tournant autour de 1 Mb/s dans notre cas. Le téléversement (upload) a par contre été doublé, passant à 3 Mb/s.

Encore un peu de chiffres, ici. En composant le numéro *3001#12345#* sur son téléphone cellulaire, on entre dans le sous-menu appelé Field Test qui permet de quantifier la force du signal cellulaire. Avant l’installation du Flare 3.0, nous avions un signal très médiocre variant de -130 à -119 dB. Après, le signal était autour de -103 dB, ce qui est bien plus acceptable. À titre de comparaison, au centre-ville de Montréal, on obtient facilement un signal de -90 dB.

L’ensemble vendu avec le Flare 3.0 comprend une antenne directionnelle Yagi et un câble de 50 pi. Comme on nous l’a conseillé, nous avons placé l’antenne à un endroit dégagé et élevé, pointant vers la tour cellulaire la plus proche, au sud dans notre test.

Nous avons ensuite branché le module principal, qui comporte des lumières à l’avant pour signaler des problèmes de connexion. Le rouge indique que l’antenne est trop proche du module, le jaune, qu’il y a des problèmes intermittents. Nous avons éloigné le module d’une dizaine de mètres de l’antenne et l’avons placé discrètement dans la cave, ce qui a donné des résultats satisfaisants. Petite précision : nos planchers sont en bois et ne causent pas d’interférences. D’ailleurs, le module placé au milieu du salon nous a donné le même signal.

Voilà, c’est tout, il n’y a rien d’autre à configurer. On peut faire des essais en orientant différemment l’antenne ou en la plaçant plus haut. Le module peut émettre un signal amplifié sur une surface de 3000 pi2, tant pour les textos, les appels que pour les données, et il fonctionne théoriquement avec tous les fournisseurs canadiens.

On aime moins

Le module principal n’est pas très beau. Sa coque de plastique sonne creux et semble très bon marché.

On aurait aimé avoir une application mobile qui nous aurait guidé dans l’orientation de l’antenne, aurait mesuré la force du signal ou nous aurait conseillé sur l’emplacement du module principal.

Les représentants de SureCall nous ont bien prévenu, leurs amplificateurs — ils en ont toute une gamme — ont essentiellement une promesse : vous donner une barre de signal de plus, rendre les appels possibles là où ce ne l’était pas. C’est ce que le Flare 3.0 fait, mais on aurait bien aimé avoir une amélioration plus spectaculaire.

On achète ?

Si votre signal cellulaire vous fait rager et rend les appels hasardeux, le Flare 3.0 vous aidera probablement. Impossible d’en être sûr, toutefois : la mauvaise réception dépend de bien des facteurs et seule l’expérience permettra d’en avoir le cœur net. Les deux sites qui l’offrent garantissent le remboursement si vous n’êtes pas satisfait.

Mais dans notre cas, pour un chalet en montagne à 1 heure de Montréal, le test a été concluant.

Flare 3.0

Fabricant : SureCall

Prix : 549,99 $ (sur signalboostcentral.com et surecallboosters.ca)

Note : 4 sur 5