YouTube va permettre de paramétrer les recommandations

The YouTube app on an iPad in Baltimore... (PHOTO PATRICK SEMANSKY, THE ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

The YouTube app on an iPad in Baltimore on March 20, 2018. THE CANADIAN PRESS/AP, Patrick Semansky

PHOTO PATRICK SEMANSKY, THE ASSOCIATED PRESS

Agence France-Presse
Paris

« À l'utilisateur de faire son choix » : YouTube défend la capacité de son algorithme de recommandation à proposer une information « la plus complète possible », tout en mettant en place des fonctionnalités pour limiter l'apparition des vidéos de désinformation.

De nouveaux boutons, testés aux États-Unis et déployés progressivement dans le monde, permettront à l'utilisateur de supprimer de sa liste de « vidéos recommandées » les chaînes qu'il ne souhaite pas regarder.

« Cela permettra aux utilisateurs de rectifier le tir » concernant la personnalisation effectuée par l'algorithme, a expliqué Justine Ryst, directrice des contenus chez YouTube France, interrogée jeudi par l'AFP sur le sujet lors du YouTube Festival à Paris.

Une autre fonctionnalité permettra de savoir pourquoi une vidéo a été recommandée.

YouTube, propriété de Google, ne communique aucun chiffre sur la part de vidéos visionnées issues des recommandations par rapport à celles cherchées directement par les utilisateurs.

Impossible également de connaître le rôle joué par les différentes mesures (temps passé sur la vidéo, temps de session, nombre de vues ou de « likes ») dans le moteur de recommandation. « Si on donne aujourd'hui les clés de l'algorithme à un créateur, il va se concentrer sur les éléments pris en compte et il va oublier l'essence même de sa vidéo qui est la créativité », justifie Justine Ryst.

Des enquêtes de « Youtubeurs » français ont pointé ces derniers jours les erreurs factuelles ou propos complotistes d'autres chaînes très populaires sur la plateforme.

« La communauté elle-même s'autorégule, réagit et travaille à mettre en lumière des sujets qui ont besoin de plus d'explication. Ça n'est pas notre rôle de faire ça », a répondu Justine Ryst, interrogée sur le sujet.

« Nous, on considère qu'on a des règles d'usage très claires et très strictes. À partir du moment ou un utilisateur les enfreint, son contenu est bloqué », a-t-elle ajouté. « C'est à l'utilisateur de faire son choix » parmi les multiples avis proposés par l'algorithme.

Celui-ci va « essayer de vous donner un maximum d'informations sur une thématique qui vous intéresse », promet YouTube.

« La désinformation pose un réel problème, notamment sur les sujets médicaux », a expliqué mardi la plateforme dans un communiqué. Elle a annoncé à ce moment qu'elle allait présenter aux internautes un accès à plus de sources sérieuses, pour qu'ils vérifient eux-mêmes la véracité des informations qui leur sont montrées.

Quelque 10 000 personnes chez Google travaillent sur des sujets liés à la modération.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer