45 ans

L'heure de profiter des programmes

Martine Letarte

Collaboration spéciale

La Presse

À 45 ans, on n'est pas encore très près de la retraite, mais il faut commencer à y penser. Il faut aussi s'assurer qu'on profite pleinement des programmes avantageux pour sa situation et qu'on a des produits d'assurance adaptés. Deux experts y vont de leurs conseils pour bien planifier ses finances à 45 ans.

Bien gérer la dette

«Il faut bien structurer sa dette parce que parfois, on laisse traîner des sommes sur sa carte de crédit où le taux d'intérêt est très élevé alors qu'on pourrait les mettre sur son hypothèque à un taux moindre», indique An-Lap Vo-Dignard, conseiller en placement et vice-président, Financière Banque Nationale. Autre petit truc pour réduire les intérêts à payer: faire ses paiements d'hypothèque toutes les deux semaines plutôt que tous les mois.

Prévoir où iront les surplus

«À partir de 45 ans, l'hypothèque peut être entièrement payée, les enfants commencent à vieillir et on a souvent des revenus plus élevés, alors il faut penser à ce qu'on fera avec cet argent», conseille Nathalie Bachand, planificatrice financière, Bachand Lafleur, Groupe conseil.

Le piège à éviter: augmenter radicalement son train de vie sans planifier.

«Certaines personnes se sont privées quand leurs enfants étaient jeunes et lorsqu'elles arrivent avec un peu plus de latitude dans leur budget, elles se gâtent et leur train de vie explose, remarque Mme Bachand. Si on maintient ce train de vie pendant dix ans sans planifier sa retraite, on risque d'avoir de mauvaises surprises.»

Épargner systématiquement

An-Lap Vo-Dignard conseille d'opter pour l'épargne systématique.

«C'est toujours plus facile de refaire sa cuisine que d'épargner, alors pour s'assurer une discipline, on prévoit des retraits automatiques, dit-il. Une bonne planification financière aide à prélever les montants appropriés selon ses besoins.»

Par contre, un peu comme lorsqu'on décide de changer ses habitudes alimentaires, il conseille d'y aller graduellement.

«Si la personne réalise soudainement qu'elle n'est plus capable d'aller au resto, elle voudra tout arrêter», remarque le conseiller en placement et vice-président, Financière Banque Nationale.

Maximiser l'épargne-études

Le régime enregistré d'épargne-études (REEE) donne au moins 30% des sommes investies en subventions gouvernementales. On y ajoute le rendement des placements.

«Or, peu de parents maximisent le REEE alors que c'est très rare qu'ils ne soutiennent pas du tout leurs enfants dans leurs études, remarque An-Lap Vo-Dignard. Souvent, les parents pensent au REEE lorsque l'enfant a 15-16 ans, mais certaines subventions seront perdues à ce moment-là. De plus, le gouvernement est moins contrôlant qu'avant sur les décaissements. On peut, par exemple, se servir de son REEE pour payer le loyer de son enfant aux études postsecondaires.»

Assurance vie et testament

Généralement, à 45 ans, on a eu ses enfants. Il est temps de revoir ses besoins d'assurance vie.

«L'assurance vie sert à maintenir le niveau de vie de la famille si l'un des deux parents décède, alors si les enfants commencent à être autonomes, on peut revoir ses besoins à la baisse», affirme Nathalie Bachand.

Au contraire, si vous avez agrandi votre famille à la dernière minute, vous pourriez les revoir à la hausse.

«On révise aussi son testament si on a eu un changement important dans sa vie, comme un nouvel enfant», ajoute An-Lap Vo-Dignard.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer