Source ID:3835acdf-ed3e-4ddf-aee9-510322643808; App Source:alfamedia

Un projet qui unit le Nord et le Sud

Le Groupe Industries Fournier et le Groupe G7... (Photo Groupe Industries Fournier)

Agrandir

Le Groupe Industries Fournier et le Groupe G7 se sont rencontrés lors d'un congrès de Québec Mines. Avant la construction du convoyeur pour la SFPPN, ils avaient fait quelques projets mineurs en commun.

Photo Groupe Industries Fournier

Julie Roy

Collaboration spéciale

La Presse

Trois ans de discussions, c'est le temps qu'il aura fallu au Groupe Industries Fournier de Thetford Mines et à l'entrepreneur général Groupe G7 de Sept-Îles pour mettre leurs talents en commun. Leur objectif : concevoir un convoyeur pour la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire (SFPPN) à Sept-Îles. Un projet évalué à 15 millions de dollars.

Le Groupe Fournier est établi à Thetford Mines,... - image 1.0

Agrandir

Le Groupe Fournier est établi à Thetford Mines, mais fait surtout affaire sur le territoire du Plan Nord. Photo fournie par Groupe Fournier

Le Groupe Fournier est établi à Thetford Mines,... - image 1.1

Agrandir

Le Groupe Fournier est établi à Thetford Mines, mais fait surtout affaire sur le territoire du Plan Nord. Photo fournie par Groupe Fournier

D'une longueur d'un kilomètre, cet ouvrage permet au minerai en provenance de la mine du lac Bloom, près de Fermont, d'être chargé dans les bateaux et de partir vers l'étranger. Sa réalisation n'a toutefois pas été de tout repos.

UN COMPTE À REBOURS ÉREINTANT

« Notre plus grand défi était celui de l'échéancier. Les travaux ont débuté en juillet 2017 et se sont terminés en mars 2018. Il a fallu respecter les délais », indique Marien Bélanger, vice-président, construction, maintenance et développement des affaires, pour le Groupe Fournier.

Dénicher des pièces spécialisées quand on est loin des grands centres n'étant pas une mince tâche, la présence d'une ressource locale a été d'un grand soutien pour le Groupe Fournier. « Il n'y a pas de dépanneur au coin de la rue. Il faut que le matériel et la logistique aient été planifiés au quart de tour. Ç'aurait été extrêmement plus difficile sans la présence du Groupe G7. Il savait où trouver les bons fournisseurs au bon moment », explique M. Bélanger.

UNE RÉGION TISSÉE SERRÉ

Embaucher de la main-d'oeuvre locale allait de soi pour le Groupe Fournier, surtout que l'éloignement de Sept-Îles peut rapidement peser lourd pour les travailleurs qui ne sont pas issus de la région, malgré la taille moyenne de la ville. C'est sans parler des conditions de travail qu'exige la construction d'un tel convoyeur. « Il fallait de la précision et de la minutie, ce qui est impossible quand on enfile des gants. Alors, imaginez mettre des boulons à mains nues à -30 ºC. C'est difficile d'envoyer de la main-d'oeuvre du Sud pour travailler là-bas », soutient Marien Bélanger.

Ce souci d'embaucher des gens sur place a été un élément qui a conforté le Groupe G7 dans son choix de s'associer avec cette entreprise du Sud. « Nous sommes une région tissée serré. L'économie ne va pas toujours bien. Alors, il était primordial que notre associé ait une sensibilité pour les travailleurs de chez nous. Plusieurs entreprises qui ne sont pas de l'endroit viennent ici et ne veulent rien savoir de la main-d'oeuvre locale. Elles craignent la réputation syndicaliste du Nord, mais on est en 2018, les mentalités ont changé », affirme Steve Guillemette, président du Groupe G7.

LE NORD, PAS POUR LES DÉBUTANTS

Ce n'était pas la première fois que le Groupe Fournier travaillait dans le Nord ; ArcelorMittal, Rio Tinto et Hydro-Québec ont déjà figuré sur sa liste de clients. Aux entrepreneurs qui désirent se lancer dans les affaires dans cette partie de la province, Marien Bélanger suggère d'avoir une base solide et de bien connaître les conditions dans lesquelles ils vont devoir travailler. 

« Il ne faut pas être un débutant, car il y a un risque de sous-évaluer les coûts. Aussi, s'associer avec quelqu'un de l'endroit peut être un plus, car cela permet de mieux comprendre le milieu. »

- Marien Bélanger, du Groupe Fournier

Pour le Groupe G7, le plus grand avantage de ce partenariat est d'être allé chercher une force complémentaire. « Il faut une entreprise qui ne soit pas compétitrice et qui a les mêmes affinités et valeurs pour qu'ensemble, on unisse nos forces pour réaliser des projets d'envergure. C'est ce que nous avons fait », dit Steve Guillemette.

Pour les deux entreprises, l'achèvement du projet de convoyeur ne signifie pas nécessairement la fin du partenariat. Si d'autres projets se présentent, elles n'excluent pas la possibilité d'unir de nouveau leurs forces.

GROUPE INDUSTRIES FOURNIER EN BREF

Année de fondation : 1959

Propriétaires : propriété de 15 employés et du Capital régional et coopératif Desjardins

Nombre d'employés : 500

Secteurs d'activités : mines, manutention en vrac, hydroélectricité et barrages, industriel, aluminerie, déshydratation des boues, environnement

Siège social : Thetford Mines

GROUPE G7 EN BREF

Année de fondation : 2004

Président : Steve Guillemette

Secteurs d'activités : construction commerciale et industrielle, opérations de maintenance, fabrication d'équipements industriels et services pétroliers

Siège social : Sept-Îles




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer