• Accueil > 
  • Affaires > 
  • Portfolio > 
  • MBA 
  • > Entrevue Amina Gerba, entrepreneure et présidente d"Afrique Expansion : élargir ses horizons 

MBA

Entrevue Amina Gerba, entrepreneure et présidente d"Afrique Expansion : élargir ses horizons

Amina Gerba affirme sans détour que la route... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Amina Gerba affirme sans détour que la route n'a pas toujours été facile pour elle. « Mais je n'ai jamais considéré le fait d'être une femme ni même la couleur de ma peau, comme un obstacle », ajoute-t-elle.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Beauséjour

Collaboration spéciale

La Presse

Amina Gerba est arrivée au Canada en 1986. Originaire du Cameroun, la jeune femme avait un plan bien précis en tête: faire des études et retourner dans son pays. Elle caressait le rêve de construire un village touristique, afin de faire découvrir le Cameroun au reste du monde. Près de 30 ans plus tard, MmeGerba est maintenant chez elle ici.

Après avoir terminé un baccalauréat en gestion du tourisme et un MBA en marketing, Amina Gerba a rapidement trouvé du travail dans plusieurs sociétés ayant envie de développer de nouveaux marchés en Afrique. «C'est là que j'ai réalisé qu'il y avait une méconnaissance générale de l'Afrique et du potentiel économique qu'offrait le continent», souligne-t-elle.

Elle a donc décidé de créer, en 1995, sa propre société de consultation, Afrique Expansion inc., dont la principale mission est de promouvoir les pays africains et leurs produits. C'est d'ailleurs lors d'une mission commerciale au Burkina Faso qu'elle a fait la rencontre de productrices de beurre de karité, une matière première considérée là-bas comme «l'or vert des femmes».

Elle est revenue avec 500 grammes du produit et a lancé, avec un ancien collègue, sa propre gamme de cosmétiques à base de beurre de karité biologique. Ses produits, de marque Kariderm, sont aujourd'hui vendus dans plus de 400 commerces au Canada, aux États-Unis et en Afrique. Et l'association des productrices de beurre de karité qui employait autrefois une vingtaine de femmes compte maintenant plus de 3000 travailleuses. Kariderm verse aussi un pourcentage des profits dans un fonds spécial pour la santé de ses productrices de beurre de karité.

Ayant eu la piqûre pour les soins et les cosmétiques, Amina Gerba a aussi lancé, en 2010, la première gamme de produits capillaires fabriqués au Canada et spécialement destinés à une clientèle de race noire et métissée.

Le MBA: pour améliorer sa pensée stratégique

Inscrite à l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal (ESG UQAM), Amina Gerba a terminé, en 1991, un baccalauréat en gestion du tourisme, puis un MBA, profil mémoire, en 1993. «C'est en faisant mon MBA que mon réseau de contacts a réellement pris forme, souligne Mme Gerba. J'ai aussi développé ma pensée stratégique. J'ai appris à ouvrir les yeux, à voir toutes les occasions d'affaires pour ensuite les saisir.»

Femme d'origine africaine, l'entrepreneure affirme sans détour que la route n'a pas toujours été facile. «Mais je n'ai jamais considéré le fait d'être une femme ni même la couleur de ma peau, comme un obstacle», affirme-t-elle.

Et sa trajectoire le prouve bien. Amina Gerba a su se démarquer en utilisant sa différence et ses connaissances de l'Afrique pour atteindre son plein potentiel. Femme d'affaires prospère, elle peut se vanter d'avoir contribué à établir des liens avec l'Afrique durant les 20 dernières années.

Partager l'Afrique avec le reste du monde

Chevalière de l'Ordre national du Québec depuis juin dernier, Amina Gerba siège à plusieurs conseils d'administration, dont celui de la Fondation universitaire Armand-Frappier-INRS.

Mme Gerba s'affaire déjà à organiser le Forum Africa 2015, qui se tiendra à Montréal en septembre prochain. Cet événement de grande envergure, lancé en 2003 par Afrique Expansion, rassemblera plus de 500 participants provenant d'une vingtaine de pays d'Afrique.

Mme Gerba n'a qu'une seule envie: poursuivre sa mission et promouvoir l'Afrique. Et elle compte bien, un jour, retourner au Cameroun, pour enfin construire son village touristique. «C'est une idée, un projet, que j'ai encore en tête. On verra bien.»




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer