Le EMBA de l'École des sciences de la gestion (ESG) de l'UQAM continue sur la voie de l'internationalisation. Alors que le programme offre déjà la possibilité d'obtenir un double diplôme en faisant un séjour à l'Université Paris-Dauphine, en France, l'UQAM regarde maintenant du côté de la Russie pour tenter d'offrir le même genre d'occasion.

Martine Letarte, collaboration spéciale LA PRESSE

«Nous sommes en train de peaufiner une entente avec une très grande université de Moscou. Nous sommes très confiants. Si tout va comme prévu, nous ferons l'annonce officielle le mois prochain», affirme Robert H. Desmarteau, directeur du MBA pour cadres à l'ESG - UQAM.

Le volet international du EMBA ne date pas d'hier à l'ESG - UQAM, dont les professeurs se rendent un peu partout dans le monde pour donner le programme. «L'an dernier, nous avons fêté notre trentième anniversaire et des anciens sont venus de 15 pays, notamment du Mali, où nous avons formé pratiquement la moitié du cabinet», affirme M. Desmarteau.

L'ESG - UQAM propose un MBA pour cadres général, mais aussi, plusieurs sectoriels dans les domaines des technologies, des services et de la finance. Une diversité qui assure toujours un grand nombre d'étudiants inscrits.

«Nous avons toujours près de 1000 cadres en formation au total dans nos programmes. Nos sondages nous disent que si nous réussissons à attirer autant de gens, c'est d'abord parce que nos cours se donnent une fin de semaine par mois. Ensuite, c'est parce que nous utilisons les entreprises de nos participants comme substrat plutôt que des cas», explique-t-il.

Le programme de EMBA de l'ESG - UQAM a aussi l'avantage d'être subventionné par le gouvernement, ce qui fait que son coût d'inscription est de seulement 4380$, une fraction du prix des programmes privés. La moyenne d'âge est de 39 ans et les candidats doivent avoir un minimum de quatre ans d'expérience comme cadre.