Source ID:497605; App Source:cedromItem

Ingénieurs-conseils

Contrats gouvernementaux en technologies: favoriser les chances des PME

Éric Le Goff, PDG de Solution Abilis, déplore... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Éric Le Goff, PDG de Solution Abilis, déplore que les contrats du domaine des technologies soient « presque toujours » attribués aux mêmes firmes.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ulysse Bergeron

Collaboration spéciale

La Presse

L'attribution de contrats gouvernementaux dans le secteur des technologies de l'information et des communications (TIC) désavantagerait les PME au profit des grandes entreprises, selon l'Association québécoise des technologies (AQT). Et ce sont les contribuables qui paieraient la facture salée qui en résulterait.

L'organisation, qui représente quelque 1800 entreprises, a entamé des discussions avec des représentants du Conseil du Trésor en octobre 2012 afin de changer la façon de faire dans l'attribution de contrats. Selon l'AQT, celle-ci « défavorise » les plus petites firmes en génie-conseil des TIC au profit des grandes sociétés du secteur comme CGI, DMR-Fujitsu ou LGS.

« Un des problèmes, c'est que le gouvernement demande des solutions informatiques sur mesure », dit Nicole Martel, PDG de l'AQT. L'organisation estime qu'il serait préférable d'exposer, « disons un an à l'avance », les besoins du gouvernement plutôt que de lancer des appels d'offres décrivant dans les moindres détails les solutions informatiques envisagées.

Des PME pourraient ainsi créer des consortiums dont le service serait, au final, supérieur à celui d'une seule entreprise, dit Nicole Martel. Elle rappelle que le secteur des TIC est en constante évolution et que plusieurs PME détiennent des innovations que le gouvernement gagnerait à connaître.

Son de cloche similaire de la part d'Éric Le Goff, PDG de Solution Abilis, concepteur et développeur de solutions d'affaires en technologies de l'information. Il déplore que les contrats soient « presque toujours » attribués aux mêmes firmes.

« En fait, la volonté de faire de très gros projets informatiques pouvant dépasser 20 millions de dollars ne favorise que quelques acteurs », poursuit-il. Ces mêmes projets pourraient aisément être décomposés en plus petits, selon lui.

Du coup, les dépassements de coûts seraient moindres lorsqu'un projet déraille ou est abandonné, dit-il. Il cite l'exemple du programme SAGIR de la Commission administrative des régimes de retraite et le Dossier santé Québec de la RAMQ, dont les dépassements de coûts finaux s'élèvent à plusieurs dizaines de millions de dollars.

Évolution et tendances de l'industrie des TIC

132 000

emplois

35 milliards

de chiffre d'affaires

5 milliards

en exportations

7780

établissements composés de milliers de consultants autonomes et de 2000 PME comptant de 4 à 1000 employés.

Saviez-vous que ...

76 %

des PME vendent leurs produits et services à l'extérieur du Québec.

63 %

des ventes se font par ailleurs dans la province.

14 %

Part du chiffre d'affaires que représente le crédit d'impôt en R&D pour les entreprises qui en bénéficient.

L'optimisme ralentit, la stabilité se confirme

- La majorité des PME (72 %) prévoyaient une croissance de leurs revenus en 2013. Une entreprise sur cinq anticipait une stabilité des revenus, alors que 5 % craignaient une diminution.

Sources : ministère des Finances et de l'Économie, Baromètre AQT




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer