Locaux à louer ou à emprunter gratuitement, programmes de formation, accès à l'équipement de laboratoires de pointe d'établissements universitaires: les incubateurs du Grand Montréal offrent des services et des avantages variés pour répondre aux différents besoins des entrepreneurs au moment du démarrage et du déploiement de leur projet.

Mis à jour le 17 sept. 2015
Martine Letarte LA PRESSE

Le CEIM étend son réseau international

Grâce à sa récente subvention de 6,2 millions du gouvernement du Canada, le Centre d'entreprises et d'innovation de Montréal (CEIM) a le vent dans les voiles. Dans le cadre de son partenariat avec l'Université McGill afin de soutenir les étudiants et professeurs dans l'incubation et la croissance de leurs entreprises, il met au point ses services de coaching et de consultation. «Nous formons un réseau d'experts à l'étranger pour aider nos entrepreneurs à percer de nouveaux marchés», explique Serge Bourassa, président et chef des opérations du CEIM. L'incubateur organise aussi des ateliers et conférences. Une vingtaine de nouvelles entreprises s'installent au CEIM chaque année et y restent en moyenne d'un à trois ans.

> Fondé en 1996

> Accueille jusqu'à une cinquantaine d'entreprises par année.

> Secteurs d'activité: technologies de l'information et des télécommunications, technologies vertes, sciences de la santé, manufacturier.

https://www.ceim.org/

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Serge Bourassa, président et chef des opérations du CEIM, situé au coeur du Quartier de l'innovation à Montréal.

Achat d'un édifice au Technoparc

Le Centre d'affaires du campus Saint-Laurent de Technoparc Montréal a acquis un nouveau bâtiment. Des entreprises en démarrage devraient pouvoir y aménager à la fin du mois de novembre. Dans cet espace actuellement en rénovation, environ 15 000 pi2 sont à louer puisque l'autre partie de l'édifice accueillera les bureaux de Technoparc Montréal. On y trouve des bureaux fermés, des bureaux ouverts et des espaces collaboratifs clés en main avec téléphone, internet, services de réceptionniste et stationnement. «Nous avons ouvert le premier immeuble de notre centre d'affaires en 2013 et tous les espaces s'étaient loués en cinq mois sans publicité», indique Annie Gravier, directrice, affaires publiques et communications, chez Technoparc Montréal.

> Fondé en 2013

> Accueille une vingtaine d'entreprises dans son premier immeuble.

> Secteurs d'activité: sciences de la vie, technologies de l'information, aérospatiale, technologies propres.

https://www.technoparc.com/centre-affaires

PHOTO FOURNIE PAR LE TECHNOPARC

Un nouvel immeuble s'ajoute au Technoparc de Saint-Laurent

Effervescence au CQIB

La fermeture de centres de recherche du domaine pharmaceutique, au cours des dernières années, amène beaucoup d'activité au Centre québécois d'innovations en biotechnologies (CQIB), à Laval. Plusieurs ex-employés de l'industrie pharmaceutique ont démarré des entreprises biotechnologiques de services, raconte Louis Saint-Jacques, directeur général du CQIB. Des entreprises de l'étranger choisissent aussi l'incubateur pour la main-d'oeuvre disponible et les crédits d'impôt. De plus, le CQIB souhaite créer un centre d'excellence unique au Canada grâce à l'équipement du laboratoire de biologie structurale acquis lors de la fermeture de Boehringer.

> Fondé en 1995

> Accueille généralement une dizaine d'entreprises.

> A accueilli plus de 50 projets en 20 ans dans le domaine des sciences de la vie.

https://www.cqib.org/

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

Louis Saint-Jacques, directeur général du CQIB

Les grandes ambitions du Founder Institute

Pour s'inscrire au Founder Institute, il faut envisager de changer la vie d'au moins 1 million de personnes avec son projet, engager 100 employés et amasser 1 million de dollars en financement en trois ans. «Nous souhaitons attirer des projets ambitieux et nos entrepreneurs profitent de notre grand réseau à l'étranger qui comprend 4600 mentors», indique Sergio Escobar, cofondateur du Founder Institute Montréal. Son programme de formation de quatre mois permet notamment de structurer sa vision, de valider son idée, d'établir son modèle économique, de réaliser son prototype et de trouver du financement. Les participants sont encadrés par des mentors, principalement des entrepreneurs du domaine technologique. Le recrutement de la prochaine cohorte est en novembre.

> Fondé en 2014

> Partenariats avec des entreprises technologiques pour soutenir les entrepreneurs.

> Concept de Silicon Valley présent dans plus de 100 villes.

https://fi.co/mentors? target=montreal

PHOTO CHARLES LABERGE, COLLABORATION SPÉCIALE

Sergio Escobar, cofondateur et codirecteur du Founder Institute Montréal, qui donne ses formations dans l'espace de travail collaboratif La Gare, dans le quartier Mile End, à Montréal.

Nouvel espace pour District 3

L'incubateur District 3, à l'Université Concordia, vient de s'installer dans un lieu cinq fois plus grand que le précédent. Les entrepreneurs y reçoivent du coaching et peuvent travailler sur des bureaux partagés et réserver des salles de réunion. Quelques entrepreneurs s'y installent également à temps plein, sans payer de frais de location. «Pour être sélectionnées, ces entreprises doivent avoir terminé leur phase de validation, avoir une équipe mobilisée à temps plein et des utilisateurs pour leurs produits», explique Xavier-Henri Hervé, directeur du District 3. Tous les entrepreneurs peuvent frapper à la porte de cet incubateur qui offrira prochainement du microcrédit. Pour continuer son déploiement, District 3 a mis sur pied récemment un comité consultatif.

> Fondé en 2013

> Fait le coaching d'une cinquantaine d'entreprises actuellement.

> Environ 500 personnes ont travaillé dans les entreprises «coachées» par District 3.

https://d3center.ca/

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Xavier-Henri Hervé, directeur du District 3, a aussi cofondé l'entreprise Mechtronix dans le domaine de la simulation de vol.

L'optique et la photonique s'invitent chez J.-Armand-Bombardier

Plusieurs entreprises dans le domaine de l'optique et de la photonique, comme Castor optique, Nüvü Caméras et Thorlabs, se sont installées récemment dans l'incubateur J.-Armand-Bombardier. «Nous sommes ouverts aux différents secteurs d'activité, mais c'est intéressant de voir l'émergence d'un petit pôle d'excellence puisque cela nous permet vraiment de participer à la création d'emplois et au développement technologique dans le domaine, puis parce que ces entreprises sont souvent amenées à collaborer», explique Céline Roehrig, gestionnaire de l'incubateur. L'incubateur J.-Armand-Bombardier donne la priorité aux projets des étudiants et des professeurs de Polytechnique Montréal et de l'Université de Montréal. Aucun service d'accompagnement n'est offert, mais l'incubateur donne accès aux laboratoires des deux établissements universitaires.

> Fondé en 2004

> Héberge sept entreprises de haute technologie.

> Généralement, les entreprises s'installent pour un maximum de cinq ans.

https://www.polymtl.ca/incubateur/

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

Céline Roehrig, gestionnaire de l'incubateur J.-Armand-Bombardier, est heureuse d'y voir émerger son pôle d'expertise en optique et photonique, notamment grâce à la présence de sociétés comme Nüvü Caméras.

Programme Émergence chez Centech

Avant d'entrer en incubation, une entreprise doit traverser plusieurs étapes de validation. C'est pourquoi Centech a créé en mai son programme Émergence. Huit entreprises viennent d'y entrer. «Les entrepreneurs ont un professeur de l'École de technologie supérieure (ETS) comme mentor technologique pour valider la faisabilité de leur projet et les soutenir, puis un mentor d'affaires», indique Eve Rosamilia, agente de communications chez Centech. L'incubateur donne aussi accès aux laboratoires et aux techniciens de l'ETS, puis à un espace de travail collaboratif. Les participants assistent à des conférences et à des ateliers pendant les 12 semaines du programme. Centech offre aussi des locaux fermés pour l'incubation. Tous les diplômés des universités québécoises peuvent présenter un projet d'entreprise technologique chez Centech.

> Fondé en 1996

> Jusqu'à une dizaine de projets pour le programme Émergence.

> 20 entreprises dans l'incubateur.

https://www.etsmtl.ca/services/Centech/accueil

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Les jeunes entrepreneurs Pascal Chiva-Bernard et Charles Brunelle, d'ARA Robotique chez Centech, mettent au point un autopilote de calibre industriel pour les drones de type "multirotor".