Une certaine vigueur grâce à Éléonore et Renard

Intérieur des installations de la mine de diamants... (PHOTO TIRÉE DE FLICKR)

Agrandir

Intérieur des installations de la mine de diamants Renard de Diamants Stornoway.

PHOTO TIRÉE DE FLICKR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Riverin

Collaboration spéciale

La Presse

La mine d'or Éléonore, de Goldcorp, et la mine de diamants Renard, de Diamants Stornoway, permettront de maintenir une certaine vigueur dans l'exploitation minière québécoise.

Goldcorp prévoit tirer environ 300 000 onces d’or... (PHOTO FOURNIE PAR GOLDCORP) - image 1.0

Agrandir

Goldcorp prévoit tirer environ 300 000 onces d’or de la mine Éléonore cette année.

PHOTO FOURNIE PAR GOLDCORP

Propriété de Nyrstar la mine de zinc Langlois... (PHOTO FOURNIE PAR NYRSTAR) - image 1.1

Agrandir

Propriété de Nyrstar la mine de zinc Langlois est située près de Lebel-sur-Quévillon au Québec. 

PHOTO FOURNIE PAR NYRSTAR

Toutefois, la décision de Nyrstar de se défaire de toutes ses mines mondiales pourrait avoir des incidences négatives sur sa mine de zinc Langlois, près de Lebel-sur-Quévillon, au Québec. Nystar conservera seulement ses éléments d'actif de fonderie.

La mine Langlois a produit 40 000 tonnes de zinc en 2015, mais ses frais d'exploitation à la tonne sont les plus élevés de la société. La direction de la mine n'a pas rappelé.

« C'est peut-être une occasion pour un nouveau joueur de faire son entrée. En général, les capitaux pour les projets de métaux usuels ne sont pas là, mais je crois qu'on est plus près de la fin d'un creux qu'au début », a dit Éric Lemieux, analyste minier chez PearTree Securities.

Par contre, M. Lemieux est beaucoup plus enthousiaste par rapport à la mine de diamants Renard, située au nord de Chibougamau, dont l'exploitation précommerciale devrait commencer vers la fin de l'année.

« Cela semble être un succès au niveau de la réalisation du projet. Les paramètres de coûts et de réserves s'améliorent chaque fois qu'il y a une mise à jour. » - Éric Lemieux, analyste minier chez PearTree Securities

Selon lui, la vie de la mine pourrait s'étendre au-delà des 14 ans prévus. Même si le prix des diamants a fléchi en 2015, un peu comme le reste des autres métaux, la mise en production pourrait s'arrimer avec une remontée du prix.

Stornoway a pu financer son projet de près de 1 milliard grâce, entre autres, à la vente à terme de diamants par contrat sur 20 % de la production, en contrepartie de 250 millions US. Les acquéreurs paieront 50 $US pour chaque carat livré, le solde par rapport au prix du marché servant à rembourser leur mise de fonds. Par la suite, le prix d'acquisition sera de 50 $US le carat, plus certains ajustements.

La mine d'or Éléonore a commencé son exploitation en 2015, mais n'avait toujours pas respecté la cadence de production prévue. Goldcorp a déprécié son investissement de 398 millions US, en 2015, en raison de problèmes de dilution du minerai causés par des mauvaises conditions de la roche.

Pour M. Lemieux, Éléonore demeure une Rolls-Royce parmi les mines d'or, tant par sa qualité que par son coût de construction, et c'est une mine de longue durée, peut-être de 40 ans et plus.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer