«Maintenant que la fusion est chose faite, le grand défi sera de démontrer la valeur ajoutée qu'elle crée autant pour l'industrie, les cabinets et les professionnels».

Jean Gagnon., collaboration spéciale LA PRESSE

C'est en ces termes, lors d'une entrevue à La Presse, que Stephan Robitaille, président du conseil d'administration et Daniel McMahon, président et chef de la direction du nouvel Ordre des comptables professionnels agréés du Québec (CPA), résumaient la façon dont ils abordent leur rôle à la direction de l'organisme qui rassemble maintenant les 35 000 comptables québécois.

Le défi organisationnel se situe à deux niveaux, celui de la gouvernance et celui des opérations, expliquent-ils.

La gouvernance ne devrait pas poser de problème, du moins pour les deux premières années suivant la fusion. C'est que la loi adoptée la semaine dernière prévoit les modalités entourant la formation du premier conseil d'administration.

12 administrateurs

Celui-ci se composera de 12 administrateurs provenant des trois des ordres qui disparaissent, et cela au prorata de leurs nombres de membres. Les CA auront six administrateurs, les CGA et les CMA trois chacun. À ces 12 administrateurs, s'ajoutent quatre autres personnes représentant le public. Tous devaient déjà obligatoirement siéger sur un des trois conseils précédents.

À sa première réunion, au lendemain de l'adoption de la loi, le conseil d'administration du nouvel Ordre des CPA a procédé à des élections. Stephan Robitaille, FCGA, a été élu président à l'unanimité. Manon Durivage, FCA, a été élue première vice-présidente, et Nathalie Houle, FCMA, deuxième vice-présidente. La représentation de chacun des trois groupes est donc encore une fois respectée.

La composition du conseil facilitera beaucoup l'unification de la profession comptable, car tous ses membres travaillaient déjà sur la transition vers un ordre unique, explique Stephan Robitaille. «Pour les deux prochaines années, les membres du conseil sont parfaitement au fait de tous les dossiers sur lesquels ils devront se pencher», dit-il.

Une seule équipe

Quant aux opérations, le défi sera de rassembler le personnel des trois ordres en une seule équipe, explique Daniel McMahon.

Les artisans de la fusion, alors qu'elle n'était encore qu'un projet, ont pris l'engagement que chaque employé, à l'exception des cadres, conservera un poste dans la nouvelle organisation.

La structure organisationnelle de l'Ordre des CPA se composera d'un président, d'un premier vice-président, de huit vice-présidents et d'environ 18 directeurs.

À ce jour, un seul poste de direction a été comblé, soit celui du président. On a fait appel à une firme privée qui a soigneusement étudié et soumis huit candidatures au conseil d'administration. Daniel McMahon a été choisi à l'unanimité. Il s'attaque dès maintenant aux nominations à tous les autres postes de direction.

Avantages

En regroupant le personnel des trois ordres, le nouvel Ordre des CPA compte 170 employés. La taille optimale de l'organisation serait de 150, estime M. McMahon. «On l'atteindra d'ici 2 ans simplement par attrition», dit-il.

D'intéressantes synergies résulteront de la fusion, dont les campagnes publicitaires qui se feront désormais sous un seul nom, ainsi que le regroupement de tout le monde sous un seul toit.

La recherche de l'efficacité qui sous-tend la fusion des ordres comptables est d'autant plus importante que l'industrie se dirige vers une pénurie de main d'oeuvre à compter de 2014.

En effet, le taux de chômage chez les comptables est actuellement de zéro alors que la demande pour les professionnels comptables ne cesse d'augmenter. «L'unification des ordres facilitera le recrutement», dit Daniel McMahon.

Elle permettra également d'offrir une formation de haut niveau qui ouvrira les portes aux candidats à l'échelle autant canadienne qu'internationale.

Les membres de l'Ordre des CPA auront l'exclusivité de la comptabilité publique, soit l'émission de rapport d'audit et d'avis sur les états financiers. Ils devront toutefois détenir un permis d'exercice qui leur confèrera le titre de CPA auditeur.

L'union fait la force

En s'unissant, les comptables vont acquérir une influence accrue, croit également le président. «Nous aurons encore plus d'impact auprès des instances gouvernementales, financières et associatives», dit-il. Par exemple, lorsque le gouvernement invite la profession comptable à participer au processus budgétaire.

Le regroupement permettra aussi l'émergence de communautés d'intérêt et de réseautage dans les multiples secteurs d'activité des membres, selon le président.

L'Ordre des CPA sera le troisième ordre professionnel en importance au Québec, derrière les infirmières et infirmiers, et les ingénieurs.