Pour que le secteur de l’événementiel revive au centre-ville de Montréal, il faut que la vie y reprenne. Si on est encore loin des années fastes où les touristes internationaux prenaient la ville d’assaut, les hôtels ont bon espoir que les gens reviendront au bureau à l’automne. Pour les prochains mois, toutefois, on s’attend à une clientèle principalement locale.

Martine Letarte
Martine Letarte Collaboration spéciale

La terrasse Nacarat, au Fairmont Le Reine Élizabeth, accueillait quelques convives pour le 5 à 7 au moment de notre passage. Le DJ était à l’œuvre. Sur le toit de l’hôtel, les appareils de cardiovélo étaient prêts à accueillir les sportifs pour un entraînement avec vue sur la ville, grâce à un partenariat avec le studio ELMNT.

« Pour 2022, notre force de vente se concentrera sur les petits évènements montréalais et québécois, puis canadiens, et si la situation sanitaire se passe bien, on poussera vers les États-Unis », affirme Philippe Champagne, directeur régional des ventes et marketing, Est du Canada, pour les Hôtels Fairmont.

Pour cet hôtel de 85 000 pieds carrés d’espace événementiel, dont une salle de bal de 17 000 pieds carrés, qui accueille normalement de grands congrès, l’adaptation est nécessaire. « Il faut être le plus attrayant possible pour la clientèle locale et maximiser l’utilisation des salles », indique M. Champagne.

Cependant, il est d’avis que si la flexibilité dans la négociation de contrats est devenue essentielle, il faudra que les gens recommencent à réserver.

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, COLLABORATION SPÉCIALE

Philippe Champagne, directeur régional des ventes et marketing, Est du Canada, pour les Hôtels Fairmont

Avec les organisateurs d’évènements et les partenaires, nous devrons prendre des risques ensemble pour relancer l’industrie.

Philippe Champagne, directeur régional des ventes et marketing, Est du Canada, pour les Hôtels Fairmont

Revitalisation

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

L’immense œuvre murale de Michelle Hoogveld sur l’hôtel Le Germain Montréal

À l’hôtel Le Germain Montréal, une immense œuvre murale vient d’être réalisée par Michelle Hoogveld dans le cadre du festival MURAL. Ce projet a été financé par la Ville de Montréal, le ministère de la Culture et des Communications et l’arrondissement de Ville-Marie.

Pour Marie Pier Germain, vice-présidente, ventes et marketing, de Germain Hôtels, c’est une façon de prendre part à la revitalisation du centre-ville. « Sur Président-Kennedy, c’est tout ce qu’on voit ! Les gens se font prendre en photo devant la murale et on voit un buzz sur les médias sociaux », se réjouit-elle.

En dépit de ce regain d’intérêt, elle croit que le centre-ville est encore loin d’être tiré d’affaire : « Tant que les gens ne reviendront pas au bureau de façon officielle et permanente, on ne pourra pas vraiment reprendre les réunions au centre-ville. »

Par contre, elle est soulagée de voir que les gens ont hâte de se rencontrer de nouveau. « Nous avons beaucoup de demandes à notre hôtel dans Charlevoix. Pour le moment, les équipes veulent se rencontrer à l’extérieur des grands centres. Mais l’intérêt reviendra aussi pour Montréal. »

Des nouveautés

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

L’Hôtel Humaniti, au cœur du Quartier international de Montréal, a ouvert en juin.

La volonté de se tourner vers l’avenir se voit avec l’ouverture en juin de l’Hôtel Humaniti. Au cœur du Quartier international de Montréal, on y trouve une salle de bal de 3100 pieds carrés – qu’on peut diviser en trois sections – avec haut plafond, lumière naturelle et accès à la terrasse sur le toit et à la piscine. L’hôtel de 193 chambres et suites avec le restaurant gastronomique h3 se greffe à un volet résidentiel. Les différentes clientèles peuvent se retrouver au spa et au gym.

D’autres établissements ont rénové leurs espaces pendant la pandémie. Par exemple, le Hilton Double Tree Montréal a réaménagé son sixième étage, où se trouve le lobby, avec l’ajout d’un restaurant avec terrasse. Un espace multifonctionnel a aussi été créé et trois salles de réunion ont été rénovées.

« Pour le lobby et tous les espaces de réunion, nous avons fait installer un système de ventilation avec une lumière bleue UVC qui tue les pathogènes dans l’air », précise Gessé Chartré, directrice des ventes, revenus et marketing. Cet hôtel compte 595 chambres et 25 salles de conférence.

Complètement rénové, le Château Champlain, avec ses 614 chambres, propose pour sa part une salle de bal qui peut accueillir jusqu’à 1000 personnes et 23 salles de réunion. Celles situées au 36e étage ont une vue panoramique sur la ville.