S’il y a une chose que la COVID-19 nous a apprise, c’est que les entreprises ont un grand besoin de se soucier de leur personnel, car leurs employés seront ceux qui leur permettront de sortir plus fortes de cette période trouble. Et la reconnaissance, c’est justement l’affaire d’Altrum.

Jean Gagnon Collaboration spéciale

C’est en achetant en 2009 les actifs de trois importantes entreprises du secteur de la revente aux grandes banques dans le monde des produits de reconnaissance pour les employés qu’est née la division Altrum Honors. Il s’agissait de DMS, Icon Recognition et Gifted Portfolio. La firme de Saint-Martin, en Beauce, dont l’origine remonte à 1957, est aujourd’hui le plus important fabricant en Amérique de ces produits de reconnaissance.

Et on ne s’est pas arrêté là, explique Louis-David Bourque, chef de la direction. En 2011, la firme ajoute une nouvelle division, Altrum Reconnaissance, afin d’ajouter à son offre tout le volet des programmes de reconnaissance. En 2016, les sociétés BCH Unique et Altrum fusionnent sous le nom d’Altrum, avec des activités au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni. Elle emploie plus de 200 personnes.

Face à la COVID-19

Alors que les banques s’organisaient pour affronter la pandémie en plaçant la majorité de leur personnel en télétravail, les ventes de produits de reconnaissance pour leurs employés prenaient forcément une pause.

PHOTO CAROLINE FOUNIER, FOURNIE PAR ALTRUM

Louis-David Bourque, chef de la direction d’Altrum

En six mois, notre chiffre d’affaires auprès des institutions financières a été tronqué des deux tiers. Rapidement, nous nous sommes attelés à la protection de l’entreprise et de nos employés.

Louis-David Bourque, chef de la direction d’Altrum

L’entreprise a profité de tous les programmes gouvernementaux visant la rétention du personnel et a eu à mettre à pied pas plus de 5 % de son personnel.

Compte tenu de la pandémie actuelle, les entreprises voudront de plus en plus de solutions pour souligner leur reconnaissance envers leurs employés. Pour ce faire, Altrum s’affaire à créer des évènements virtuels. Il s’agit pour elle d’un vecteur de croissance prometteur, et la pandémie pourrait s’avérer un tremplin pour son développement.

« La reconnaissance, c’est un secteur très particulier », affirme Louis-David Bourque. Il y a de très grands acteurs, surtout des firmes américaines, mais Altrum entend bien garder sa place et la faire croître, assure-t-il.

La clé du succès

Un des facteurs clés de la réussite chez Altrum, c’est que ses dirigeants mettent en pratique à l’interne ce qu’ils font au profit de leurs clients, explique Mario Côté, consultant et expert en gestion-conseil. « Les trophées qu’ils produisent pour leurs clients sont vraiment de belles pièces, ce qui démontre leur souci de bien servir leur clientèle », dit Mario Côté. Et ils ont le même souci pour leurs employés. Ayant participé à la formation des gestionnaires de l’entreprise, autant ceux au Québec qu’à New York, il est bien au fait qu’Altrum investit dans la qualité de ses gestionnaires qui sont formés afin de pouvoir tenir un discours international. Ils sont ainsi bien outillés pour faire face aux interactions entre les régions.