La vitalité du centre-ville est une priorité pour Saint-Hyacinthe. La Ville et l’organisme Saint-Hyacinthe Technopole ont donc lancé un programme en janvier dernier pour attirer de nouveaux commerçants dans cette zone. Et la réponse de la communauté d’affaires ne s’est pas fait attendre.

Emilie Laperrière Emilie Laperrière
Collaboration spéciale

Le programme d’aide à l’implantation de commerces au centre-ville de Saint-Hyacinthe offre aux locataires et aux propriétaires qui souhaitent installer ou agrandir un commerce dans la zone désignée une contribution financière allant jusqu’à 30 000 $.

Ceux-ci doivent par contre occuper des espaces vacants depuis au moins 30 jours. Ils doivent également occuper l’établissement pendant trois ans minimum s’ils veulent recevoir la totalité de l’aide, puisque les versements sont répartis en parts égales sur cette période.

Les responsables du projet espèrent ainsi réduire de façon significative le taux de locaux vacants au centre-ville, qui varie actuellement entre 13 et 14 %.

Un intérêt immédiat

« C’est évident qu’il y a un besoin de revitalisation au centre-ville, confie la directrice générale de la SDC Saint-Hyacinthe, Laurie Breault. Depuis quelques années, la Ville a mis en place un programme de revitalisation des façades. Ça a aidé à conserver le joyau et ça a permis aux commerçants de faire des rénovations à même leur bâtisse pour mieux accueillir les clients. »

La directrice souligne toutefois que le développement du nord de la ville, notamment avec la venue du nouveau centre de congrès et de l’hôtel Sheraton, a eu un effet attractif pour les gens d’affaires. « Il y a entre autres plusieurs bureaux professionnels dans ce secteur. C’est en partie pour pallier ça, mais aussi pour relancer l’économie du centre-ville, que le programme a été créé », ajoute-t-elle.

Même si cet incitatif financier est encore récent, l’engouement des gens d’affaires est palpable. « On voit déjà un impact. On a plusieurs ouvertures à prévoir, autant pour des bureaux professionnels que pour des entreprises de commerce de détail. Ça devient un argument de plus pour le territoire d’avoir ce programme-là », estime Laurie Breault.

La directrice générale de la Chambre de commerce de la grande région de Saint-Hyacinthe abonde dans le même sens. « On a accueilli le programme avec beaucoup d’enthousiasme. Tous nos membres l’ont vu de façon positive. Ça aidera assurément à la vitalité du centre-ville qui, avec son marché public rénové, est un fleuron de la ville. Ça soutient en plus aussi les commerçants en place qui souhaitent se développer », explique Lucie Guillemette.

Un programme plus vaste

Si le directeur général de Saint-Hyacinthe Technopole se réjouit de la réponse immédiate à ce nouveau programme, il ne s’assoit pas sur ses lauriers pour autant.

« La Ville veut se doter d’un plan de revitalisation du centre-ville à court, moyen et long termes. Le programme d’aide à l’implantation de commerces est l’un des outils pour y arriver, mais ce n’est pas le seul. »

– André Barnabé

La Ville veut notamment refaire la promenade Gérard-Côté ceinturant le centre-ville et bordant la rivière Yamaska. Elle a également acquis un immeuble de bureaux sur le bord de la rivière pour le convertir en bibliothèque, et espère faire de l’église des Pères dominicains un pôle culturel hébergeant entre autres le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe. Des stationnements gratuits ont en outre été ajoutés.