Fusion, acquisition, étape importante franchie, mise en place d’un plan de relève : ça fourmille au sein des firmes de génie-conseil. Voici quatre firmes québécoises qui ont connu beaucoup d’action durant les derniers mois.

Julie Roy Julie Roy
Collaboration spéciale

Un nouveau géant

  • FNX-INNOV a participé au redéploiement de l’entrée Bonaventure à Montréal.

    IMAGE FOURNIE PAR FNX-INNOV

    FNX-INNOV a participé au redéploiement de l’entrée Bonaventure à Montréal.

  • FNX-INNOV a participé au projet du pavillon 5 du Musée des beaux-arts de Montréal.

    IMAGE FOURNIE PAR FNX-INNOV

    FNX-INNOV a participé au projet du pavillon 5 du Musée des beaux-arts de Montréal.

  • FNX-INNOV a aussi participé au projet des nouveaux paddocks au circuit Gilles-Villeneuve.

    IMAGE FOURNIE PAR FNX-INNOV

    FNX-INNOV a aussi participé au projet des nouveaux paddocks au circuit Gilles-Villeneuve.

1/3
  •  
  •  
  •  

Depuis l’acquisition du Groupe SM en décembre 2018, FNX-INNOV a ajouté une autre corde à son arc en fusionnant, l’automne dernier, avec la firme d’ingénierie AXOR Experts-Conseils. Maintenant, ce sont 1000 employés qui travaillent dans ses 21 bureaux. En tout, 11 secteurs d’expertise sont offerts, allant du bâtiment au traitement des eaux, en passant par l’énergie, l’environnement et les infrastructures. Aujourd’hui, l’entreprise montréalaise est la deuxième firme de génie de propriété québécoise en importance, et son chiffre d’affaires s’établit à 130 millions de dollars. Pour continuer à croître, d’autres acquisitions sont prévues. « Après le Québec et le Canada, on souhaite développer des projets sur le marché international », précise Pascale Laganière, directrice des communications.

De la rue aux édifices

PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTEL

Infrastructel est spécialisée dans les télécommunications et les utilités publiques.

En faisant l’acquisition l’automne dernier de la firme Rochon Experts-Conseils, spécialisée dans le domaine de la mécanique et de l’électricité de bâtiments, Infrastructel s’est assuré de pouvoir faire le pont entre la rue et les édifices. « Nos champs d’expertise sont les télécommunications et les utilités publiques comme l’éclairage de rue. Cette fusion nous permet de bonifier notre offre et de passer de l’extérieur à l’intérieur des bâtiments », explique Étienne Rivard, président-directeur général. La firme de Longueuil peut ainsi percer de nouveaux marchés et continuer de prendre le train en marche des villes intelligentes, de la technologie de l’internet des objets, etc. Infrastructel, c’est maintenant 225 employés et une nouvelle force en mesure d’offrir plusieurs services clés en main.

Un an et déjà un plan de relève

PHOTO PATRICK WOODBURY, LE DROIT

Les associés Daniel Dumont, Steve Racine (de la relève) et Martin Lachapelle. de QDI

Née de la fusion de Quadrivium conseil et de Dumont Groupe-Conseil, QDI a célébré sa première année d’existence. Malgré son jeune âge et celui de ses deux propriétaires, Daniel Dumont et Martin Lachapelle, qui ont respectivement 52 ans et 48 ans, le plan de relève est actuellement en marche. « La valeur d’une firme d’ingénieurs, ce sont les connaissances de ses gens. Dès le jour 1 de la fusion, nous avions déjà réfléchi à intégrer une jeune relève, parce qu’on veut faire cette étape en profondeur », explique Daniel Dumont, directeur général. Steve Racine, ancien élève de Daniel Dumont lorsqu’il enseignait au cégep, est le premier de trois successeurs prévus à intégrer les rangs. La firme de Gatineau emploie 45 personnes et est spécialisée en transport, structure de bâtiments, ponts et réseaux d’utilités publiques.

Des labos nouveau genre

PHOTO FOURNIE PAR BBA

À sa fondation, BBA comptait deux employés. 40 ans plus tard, elle couvre 8 secteurs d’expertises et 1000 personnes y œuvrent. La firme souhaite étendre son modèle d’affaires au Canada et à l’international.

La firme BBA a récemment investi 3 millions de dollars pour la mise en place de laboratoires de réseaux d’énergie intelligents ainsi que d’un laboratoire de réalité virtuelle qui serviront, entre autres, à former les employés. « On a investi dans trois laboratoires et deux autres sont à prévoir pour un autre million. Ce sont des innovations assez uniques », indique André Allaire, président de BBA. Par ailleurs, l’un des membres fondateurs de l’entreprise, Maurice Brisson, a été récemment reçu au sein de l’Ordre du Canada. Une récompense rare dans ce domaine d’expertise qui lui a été notamment accordée pour son apport philanthropique à la promotion de l’enseignement du génie électrique.