Le 31 décembre 2016, Daniel et Diane Trempe devenaient officiellement retraités. Quelques mois après, ils prenaient la route des États-Unis pour se rendre à Coachella, en Californie. Un festival d’art et de musique en plein désert qui attire environ 200 000 personnes, surtout des jeunes. Le couple rentrait à l’hôtel à 1 h du matin, soir après soir. Qui a dit que la retraite devait être reposante ?

Martine Letarte Martine Letarte
Collaboration spéciale

Un salaire, quatre enfants

PHOTO FOURNIE PAR DANIEL ET DIANE TREMPE

Diane et Daniel Trempe au festival Coachella, en Californie

Le couple Trempe pensait avoir deux enfants et a acheté une maison en conséquence. Il en a finalement eu quatre ! Il s’est accommodé de l’espace disponible et a vécu selon ses moyens. Diane est restée à la maison pour s’occuper des enfants pendant 17 ans, après des études en criminologie. Elle a ensuite travaillé dans des commerces pour continuer de donner la priorité à sa famille. Daniel, après avoir passé sa jeunesse à faire de la musique, de la vidéo et du cinéma, a fait carrière dans l’administration d’une commission scolaire. « J’ai été très heureux au travail, dit-il. Bob Dylan disait que dans la vie, il faut faire les choses pour lesquelles on a le plus de compétences et qui nous procurent le plus de liberté. Je m’en suis inspiré ! »

Pas de dettes, une roulotte

PHOTO FOURNIE PAR DANIEL ET DIANE TREMPE

Red Rock Canyon, au Nevada

Le couple ne roule pas sur l’or, mais Daniel avait une caisse de retraite chez son employeur et ils ont un peu d’économies, ce qui leur a permis d’acheter une roulotte de 14 pieds. « C’était important pour nous de ne pas avoir de dettes à la retraite, indique Diane. La maison est payée, la voiture et la roulotte aussi. » Le couple ne se fait pas de budget afin de pouvoir saisir les occasions qui se présentent, mais fait attention à ses dépenses.

25

PHOTO FOURNIE PAR DANIEL ET DIANE TREMPE

La roulotte à Valley of Fire, au Nevada

C’est le prix, en dollars américains, que leur coûtait une nuit en moyenne pour stationner leur roulotte, généralement dans des parcs, au cours d’un voyage de trois mois et demi aux États-Unis réalisé le printemps dernier. Ils se sont rendus en Louisiane notamment, puis au Texas, où ils ont assisté au festival South by Southwest.

J’ai beaucoup d’amis qui me disent que ce qui est à l’affiche dans les grands festivals n’est pas la musique de leur temps. Je n’ai pas cette philosophie. Mon temps, c’est aujourd’hui et c’est demain aussi. J’adore la créativité, l’énergie, l’enthousiasme, l’espoir qu’on retrouve dans la relève musicale et l’esprit de fraternité qu’on voit dans ces festivals.

 Daniel Trempe, 65 ans et retraité 

Petite cuisine, grande cour

PHOTO FOURNIE PAR DANIEL ET DIANE TREMPE

Le couple dans le désert de l’Arizona

Pour les repas, le couple cuisine dans sa roulotte la plupart du temps, avec seulement deux chaudrons et une poêle. Alors que les Américains ont l’habitude des grosses roulottes, le couple Trempe remarque qu’il attire souvent bien des regards intrigués avec son installation de style « stand à patates frites ». Par contre, si la cuisine est modeste, la cour est grande… et le couple ne se lasse pas de manger dehors !

La retraite, la liberté

PHOTO FOURNIE PAR DANIEL ET DIANE TREMPE

Alan Côté, directeur général et artistique du Festival en chanson de Petite-Vallée, avec Daniel et Diane Trempe, puis Louis-Jean Cormier, auteur-compositeur-interprète

L’une des premières choses que le couple Trempe a mises sur sa liste de choses à faire à la retraite était de se rendre au Festival en chanson de Petite-Vallée, en Gaspésie. Ils n’avaient pas la chance de s’y rendre auparavant, puisque Daniel ne pouvait pas prendre de vacances à la fin de juin. L’un des grands luxes de la retraite à leurs yeux est cette liberté de pouvoir partir et revenir quand ils veulent. Ils ont aussi le loisir d’éviter les heures de grande affluence sur la route, de s’ajuster aux conditions météorologiques et d’adapter leur itinéraire selon les recommandations des gens rencontrés en chemin.