Quand sa PME connaît une forte croissance, difficile de ne pas perdre le nord. Quatre entrepreneurs québécois provenant de domaines aussi variés que l’animation 3D, la finance, l’informatique et l’intelligence artificielle nous révèlent leurs secrets sur les façons de garder la tête froide. Voici leurs commandements de la croissance.

Stéphane Champagne Stéphane Champagne
Collaboration spéciale

Savoir se connaître

Fondée à Québec en 2005, Coveo est aujourd’hui l’un des plus grands acteurs mondiaux de solutions nécessitant l’intelligence artificielle. Ses clients s’appellent American Express, Honeywell, Intel, etc. En dépit d’un chiffre d’affaires se calculant désormais en dizaines de millions, l’entreprise techno de 500 employés (travaillant majoritairement au Québec) réussit encore à enregistrer une croissance annuelle de 50 %. Chaque trimestre, elle embauche 50 personnes. « Le secret, c’est de bien connaître notre compétence distinctive, explique Louis Têtu, PDG. Quand on se connaît, on connaît son marché. Et on sait exactement à qui parler et à qui ne pas parler. On sait exactement où investir en marketing et publicité. La beauté en affaires, de nos jours, c’est qu’on peut choisir nos marchés. »

Le plan d’affaires d’abord

Vouloir faire trop de choses en même temps. Mettre en application les idées des autres. Diluer le travail de chacun. Voilà autant de dangers qui guettent les entreprises en forte croissance, soutient Phil Marleau, cofondateur d’IOU Financial. Cette PME montréalaise est spécialisée dans les prêts en ligne pour les petites entreprises au Canada et aux États-Unis. Elle offre des prêts – de 5000 $ à 300 000 $ – aux restaurateurs, coiffeuses ou mécaniciens à qui les banques ne veulent pas prêter. Depuis cinq ans, elle connaît une croissance de 211 %. « Ça prend un excellent plan d’affaires qu’il faut constamment mettre à jour et respecter à la lettre », dit l’entrepreneur. L’an dernier, IOU a prêté quelque 200 millions.

À l’aise dans le déséquilibre

Le studio Squeeze, de Québec, a connu une croissance de 1545 % au cours des cinq dernières années. Selon Denis Doré, cofondateur de la PME de 100  employés, la recette de son succès est fort simple. « Depuis le jour 1, dit-il, on s’applique à devenir les meilleurs dans ce qu’on fait, c’est-à-dire de l’animation 3D top qualité. » Squeeze travaille notamment avec les grands studios d’Hollywood. La tentation d’explorer d’autres segments de marché est parfois grande, ajoute-t-il. « Mais la clé pour réussir, c’est de se concentrer sur une chose et ensuite générer de la croissance. Il faut toutefois être à l’aise dans le déséquilibre, car on doit constamment remodeler la structure de l’entreprise », ajoute l’homme d’affaires.

Bien gérer sa trésorerie

FixMeStick se targue d’offrir l’appareil de suppression de virus informatiques le plus prisé au monde. Depuis 2012, la PME montréalaise de 25 employés a vendu 1,2 million d’exemplaires de sa clé USB novatrice. Entre 2015 et 2018, elle a connu une croissance de 327 %. Selon Corey Velan, cofondateur, il est impératif de bien gérer sa trésorerie et de faire les bons choix stratégiques. « Au lieu de payer pour des études de marché ou des focus groups, explique-t-il, nous avons, par exemple, utilisé notre site web pour mener des tests et des sondages. Et ça a fonctionné ! Il faut gérer son argent intelligemment. Quand une PME reçoit du capital, elle est bien souvent pressée de l’investir pour montrer aux investisseurs qu’elle passe à l’action. C’est une erreur. »