Les élèves de la province pourront bientôt joindre Allô prof par texto.

Martin Beauséjour, collaboration spéciale LA PRESSE

L'organisme de bienfaisance lancera ensuite, au début de 2013, sa propre application pour téléphones intelligents, qui permettra d'accéder à tout le contenu en ligne. «Pour nous, ce volet mobile était une nécessité. Nous devons être là où vont les jeunes, et ils sont de plus en plus sur leur cellulaire», explique Sandrine Faust, directrice générale d'Allô prof.

L'organisme d'aide aux devoirs fait tout ce qu'elle peut pour désengorger ses lignes téléphoniques. Le centre d'appels, ouvert de 17h à 20h, reçoit en moyenne 700 appels par soir, dont près de la moitié de 19h et 20h. «Nous pensons sérieusement à prolonger nos heures d'ouverture», ajoute Mme Faust.

Allô prof vient de mettre toute sa bibliothèque virtuelle à jour. Disponible sur le site, la bibliothèque permet aux jeunes d'obtenir une fiche ou une vidéo explicative sur une foule de questions liées à toutes les matières scolaires. «La bibliothèque virtuelle est l'outil le plus consulté.»

Pour l'année scolaire 2010-2011, Allô prof a traité 1,5 million de demandes d'aide de partout dans la province. En 2011-2012, ce nombre a frôlé les 3,5 millions. «Nous sommes de plus en plus connus, il est donc normal qu'un plus grand nombre de jeunes nous appellent pour poser des questions concernant leurs devoirs», souligne-t-elle.

Allô prof engage des professeurs, mais aussi des élèves du secondaire.