Marina Pavlovic Rivas et Thomas Cortina sont les cofondateurs d’Eli Health, une entreprise créée en 2019. Ils ont respectivement étudié en sciences des données et en ingénierie et physique, et sont sur le point de commercialiser un test maison qui détermine rapidement des taux d’hormones féminines.

Isabelle Massé
Isabelle Massé La Presse

Qui

« Les hormones sont à la base de plusieurs transitions, de la puberté à la ménopause, explique Marina Pavlovic Rivas. Pourtant, c’est encore difficile d’avoir accès à des données. On peut obtenir ces taux grâce à une prise de sang, mais il y a un délai avant d’avoir les résultats. Le feed-back en temps réel est impossible. »

En parlant à des médecins, à des chercheurs et à de nombreuses femmes, le couple s’est rendu compte qu’il y avait beaucoup d’insatisfaction autour des méthodes actuelles de contraception, par exemple, et le manque de données en ce qui concerne les fluctuations hormonales. « Or, on peut faire énormément de choses dès qu’on a toutes ces données, estime Marina Pavlovic Rivas. Les femmes veulent avoir plus d’information sur leurs fluctuations hormonales. Avoir des données pour ne pas se dire que c’est juste dans leur tête. Puis, prendre des actions pour essayer de gérer divers symptômes. »

Le produit

Eli est un appareil qui permet de mesurer à la maison le taux de certaines hormones féminines grâce à un échantillon de salive. Il est combiné à une application pour suivre les fluctuations hormonales à long terme. L’insertion dans l’appareil d’une cartouche imbibée de salive permet de déterminer les niveaux d’estradiol et de progestérone. Ces taux sont analysés et dévoilés sur une application mobile.

PHOTO FOURNIE PAR ELI HEALTH

Cet appareil Eli détecte des taux d’hormones féminines.

« On commence par ces deux hormones avec comme but d’élargir à plusieurs autres, indique Marina Pavlovic Rivas. Pour comprendre comment fonctionne Eli, on peut faire un parallèle avec les montres intelligentes où on reçoit des données qui nous permettent de prendre des décisions au quotidien et de faciliter la conversation avec des médecins. »

L’innovation

Des biocapteurs permettent de détecter les niveaux d’hormones dans la salive. « Les taux d’hormones dans la salive sont beaucoup plus bas que ceux dans l’urine ou le sang, explique Marina Pavlovic Rivas. C’est donc un défi d’aller mesurer de tels niveaux qui sont jusqu’à 1000 fois plus petits que dans l’urine. »

On peut s’imaginer un test de grossesse où le mécanisme d’action, en présence d’une hormone donnée, crée une réaction chimique qui permet de détecter cette hormone et sa quantité. « C’est au niveau de ce mécanisme qu’on a amené une innovation, poursuit Mme Rivas. Le système pour avoir un test permettant la détection en une étape et avoir un produit à la maison a aussi exigé beaucoup de travail en ingénierie. C’est la raison pour laquelle notre équipe est multidisciplinaire [machine learning, chimie analytique, ingénierie, électrochimie]. »

L’avenir

Eli, dont le développement et la conception ont bénéficié d’appuis financiers jusqu’ici de 2,6 millions de dollars, devrait être lancée en décembre. Pour l’instant, Eli Health développe son site internet en français. Les dirigeants attendent aussi des approbations de Santé Canada et de la FDA aux États-Unis avant un lancement officiel. « C’est important de respecter toutes ces étapes et que tout soit fait en bonne et due forme sur les plans de la validation clinique, de la certification et des approbations réglementaires », dit Marina Pavlovic Rivas, dont la jeune pousse compte parmi les Révélations 2021 de Montréal inc. « On en fait plus que moins. »

L’appareil devrait coûter à ses utilisatrices de 30 à 40 $ par mois, à cause du renouvellement des cartouches.