(Ottawa) Le gouvernement fédéral lance un programme de prêts afin d’offrir du financement aux entreprises appartenant à des personnes noires, qui font souvent face à des obstacles systémiques pour accéder au capital dans les institutions financières.

La Presse Canadienne

Le Fonds de prêts pour l’entrepreneuriat des communautés noires a commencé lundi à recevoir les demandes pour des prêts allant jusqu’à 250 000 $ aux entreprises détenues majoritairement par des personnes noires, aux entrepreneurs noirs pour leur entreprise en démarrage ou aux petites entreprises existantes.

Les entreprises sociales, les partenariats et les entreprises coopératives sont également admissibles aux prêts du programme. Les entreprises admissibles doivent être détenues majoritairement (51 %) par un Canadien qui se désigne comme étant Noir.

Le gouvernement libéral lance ce programme de prêts de 291 millions avec une enveloppe initiale de 33,3 millions. Le reste du financement au programme provient d’une injection de 130 millions de la Banque de développement du Canada (BDC), une société d’État, et de 128 millions répartis entre les « six grandes banques canadiennes » et deux coopératives d’épargne et de crédit.

Le Fonds de prêts sera administré par la Fédération africaine canadienne de l’économie (FACE), un organisme sans but lucratif. Les prêts passeront initialement par la BDC et les coopératives de crédit Alterna et Vancity. Ces deux coopératives participeront également à un projet pilote en Ontario et en Colombie-Britannique pour fournir un microfinancement de 10 000 $ à 25 000 $ afin d’aider les entreprises noires qui ont besoin d’un coup de pouce pour démarrer ou croître.

Ce programme de prêts est lancé des mois après que les libéraux ont présenté le plan pour la première fois, en septembre dernier, et quelques jours après le premier anniversaire de la mort aux États-Unis de George Floyd, tué par un policier blanc de Minneapolis.

Dans le sillage de ce drame, qui avait ému le monde entier, le Caucus parlementaire noir, soutenu par plusieurs ministres libéraux, avait présenté au gouvernement une série de recommandations, y compris ce volet d’aide au financement des entrepreneurs noirs, afin de combler les lacunes dans le marché.

« Il s’agit aujourd’hui d’une étape historique importante pour corriger un tort historique : les obstacles systémiques à l’accès au financement auxquels font face les personnes d’ascendance africaine », a indiqué lundi dans un communiqué le président du Caucus des parlementaires noirs, Greg Fergus. « Ces partenariats du Fonds de prêts vont aider à libérer ce potentiel extraordinaire et aussi favoriser la prospérité économique de tous les Canadiens », se réjouit M. Fergus, qui est aussi secrétaire parlementaire du premier ministre.

Selon une enquête récente menée auprès de 342 entrepreneurs noirs, commandée par le Groupe sénatorial afro-canadien, les trois quarts des répondants ont déclaré que la couleur de leur peau rendait plus difficile leur réussite en affaires. Ils citaient tous comme obstacles à leur croissance : le racisme systémique, l’accès au capital et l’absence de réseau d’affaires.