L’économie de partage est souvent loin de livrer équitablement les bénéfices qu’elle génère. Eva est une petite entreprise de transport qui fait le pari de donner une part plus juste à tous ses usagers.

Hélène Baril Hélène Baril
La Presse

L’idée

C’est avec l’intention de concurrencer les taxis d’Uber, rien de moins, qu’est née l’idée de la coopérative de transport Eva. Raphaël Gaudreault, étudiant en génie logiciel à l’Université Laval, et Dardan Isufi, étudiant en sciences politiques à McGill, en avaient discuté lorsqu’ils s’étaient rencontrés au cours d’un stage en Saskatchewan.

« C’était quand Uber négociait avec le gouvernement et menaçait de quitter le Québec. On se disait qu’il n’était pas normal de ne pas avoir notre propre technologie et de dépendre d’une entreprise étrangère », se souvient Dardan Isufi.

La graine a germé, et les deux fondateurs se sont rencontrés quelques mois plus tard pour la concrétiser. Eva, l’application de transport, a vu le jour en 2019 et, contre toute attente, a pris son envol pendant la pandémie.

Le produit

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Raphaël Gaudreault et Dardan Isufi, fondateurs d’Eva, ont vu que leur technologie pouvait s’appliquer à tous les sites transactionnels. Les magasins et les commerces de toutes sortes, mais aussi les restaurants pouvaient s’en servir sans payer les frais des entreprises de livraison.

Eva est une application de transport unique en son genre. « Nous avons développé un modèle coopératif, et nos activités sont basées sur la technologie de la chaîne de blocs », explique Dardan Isufi, cofondateur et responsable des opérations.

Contrairement à Uber, qui ne laisse qu’une partie de ses profits à ses chauffeurs, les conducteurs d’Eva font partie de l’entreprise et peuvent s’attendre à toucher une part de ses bénéfices sous forme de ristournes. Eva prélève une commission de 15 % sur le prix de la course, ce qui est inférieur à celle d’Uber.

Eva a connu le succès très rapidement. La petite entreprise s’est constitué un réseau de chauffeurs et d’usagers, et s’est notamment fait une place à l’aéroport de Montréal. Puis est arrivée la pandémie. Ç’a été un choc, puis de nouvelles avenues se sont ouvertes.

Les fondateurs ont vu que leur technologie pouvait s’appliquer à tous les sites transactionnels. Les magasins et les commerces de toutes sortes, mais aussi les restaurants pouvaient s’en servir sans payer les frais souvent astronomiques des entreprises de livraison établies.

D’une entreprise de transport de personnes, Eva est devenue avec la pandémie une entreprise de livraison de repas et de ce qui peut être acheté sur l’internet. « On a pris une place qui était inoccupée », résume le cofondateur.

Magasins de vêtements, microbrasseries, boutiques spécialisées et, bien sûr, restaurants peuvent utiliser ses services sans avoir à payer de frais. En plus de concurrencer les taxis d’Uber, Eva est devenue un concurrent d’Uber Eats, de Skip, de DoorDash et d’autres services de livraison de repas. Un concurrent 100 % local.

« Pour les commerçants, notre service est sans commission et sans limites de distance, précise Dardan. Pour le client, la livraison est instantanée, à un coût établi d’avance, et il peut suivre sa progression en temps réel. »

Le prix de la livraison établi d’avance est composé d’un tarif de base de 5 $, plus 0,50 $ par kilomètre parcouru et 0,25 $ par minute de déplacement. Actuellement, les utilisateurs du service paient en moyenne 8 $ en frais de livraison.

L’avenir

Le réseau d’Eva se compose de 2000 membres conducteurs et de 50 000 personnes qui ont téléchargé l’application à Montréal, à Québec et à Saguenay. L’entreprise ambitionne de reproduire son modèle dans d’autres villes du Canada et des États-Unis. « Des alliances sont possibles avec des entreprises de taxi et des centres commerciaux. Le potentiel de croissance est énorme », assure Dardan Isufi.

À court terme, Eva teste différentes formules qui lui permettraient de fidéliser encore davantage ses conducteurs, comme un salaire minimum garanti et un nombre d’heures minimal.

L’entreprise peut compter sur des partenaires solides, comme Desjardins, pour financer son développement. Elle vise la rentabilité en 2021.

> Consultez le site d’Eva