La Ville de Montréal veut accélérer l’aide aux petites entreprises promise par Québec la semaine dernière. « D’ici quelques jours », a annoncé en point de presse ce mercredi Luc Rabouin, responsable du développement économique au comité exécutif de la Ville de Montréal, les formulaires seront disponibles sur le site PMEMTL.com et l’argent sera versé d’ici la fin avril.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

En fait, « dans le souci de déployer le plus rapidement possible » ce programme, Montréal a décidé de débloquer les fonds avant même que l’argent promis par Québec, qui totalise 40 millions pour la métropole, lui soit versé. Le programme annoncé début avril totalise 150 millions pour toute la province. Cette aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises offre des prêts pouvant aller jusqu’à 50 000 $, sans remboursement sur le capital et les intérêts avant six mois.

« Nos PME et nos commerces de proximité constituent notre tissu économique, a déclaré M.  Rabouin. Nous devons tout faire pour les aider à passer à travers cette crise. »

Montréal a décidé de bonifier cette aide en assumant les intérêts au taux de 3 % pour les six premiers mois, a-t-il précisé. L’amortissement prévu est de 36 mois, mais pourra aller jusqu’à 60 mois « à titre exceptionnel ».

L’aide est offerte aux entreprises de tous les secteurs d’activité, incluant les entreprises d’économie sociale, les coopératives et les organismes sans but lucratif réalisant des activités commerciales. Pour y avoir droit, les entreprises doivent avoir cessé leurs activités temporairement, être susceptibles de le faire ou « montrer des signes avant-coureurs de fermeture », précise-t-on, en lien avec la pandémie. On s’attend à ce qu’environ un millier de PME montréalaises se prévalent de cette aide d’urgence.

Ce programme, a précisé la mairesse de Montréal, Valérie Plante, « est complémentaire » aux autres mesures mises en place par son administration depuis le début de la crise, notamment l’enveloppe d’urgence de cinq millions pour venir en aide aux secteurs économiques les plus fragilisés. « Ça va nous aider à garder tous ces joueurs si importants pour la vitalité économique de notre ville », a-t-elle déclaré.