L'innovation: le fabricant montréalais T-Lab a réussi à plier le titane à ses besoins, pour en faire des vélos à l’équilibre exceptionnel.

Marc Tison Marc Tison
La Presse

Spécialisée dans les vélos en titane fabriqués sur mesure, T-Lab est une division de la petite entreprise montréalaise Visceral Performance. Elle a été fondée en 2017 par Tony Giannascoli, John Anagnostopoulos et Roberto Rossi, trois anciens gestionnaires du défunt fabricant de vélos en fibres de carbone Guru. L’entreprise emploie sept personnes, propriétaires inclus.

« Le titane est un matériau noble, exceptionnel pour le vélo, mais qui avait besoin d’être mis dans le contexte de performance de 2019. Le titane moderne comme on le fait, c’est selon nous ce qui se fait de plus avancé dans le marché. » — Roberto Rossi, copropriétaire de Visceral Performance

LE PRODUIT

Pourquoi le titane ? Ce métal est inoxydable, plus léger que l’acier et plus résistant que l’aluminium, tout en conservant une élasticité qui lui permet de dissiper les vibrations et d’absorber les déformations verticales. Au contraire de la fibre de carbone, il résiste bien aux impacts et vieillit très bien.

« Mais le titane avait une faiblesse par rapport au carbone, relative à la rigidité latérale », souligne Roberto Rossi.

Pour que la poussée alternée des jambes du cycliste soit idéalement transmise par le cadre, il fallait lui donner les formes optimales aux endroits adéquats.

L’ennui, c’est que le titane est un métal capricieux : difficile à souder, à usiner, à rectifier, à former.

PHOTO FOURNIE PAR VISCERAL PERFORMANCE

Le cadre du vélo tout-terrain (gravel bike) X3, de T-Lab, est fait en tubes de titane formés, usinés et soudés selon la méthode exclusive mise au point par l’entreprise.

Il a fallu à T-Lab 18 mois de patiente recherche pour mettre au point sa méthode de formage de tube exclusive, « mariage de science et d’art », qui demeure un secret de fabrication jalousement conservé.

« On est capable de faire des formes radicales à certains endroits critiques, où les forces du cycliste sont au maximum, par exemple à l’intersection du boîtier de pédalier, du tube de selle et du tube diagonal. »

L’entreprise soutient que cette transformation des tubes de titane standard assure une rigidité de 30 % supérieure à celle des cadres en titane traditionnels.

L’AVENIR

« Si les choses vont bien, on va en faire un par jour, et ce ne sera pas plus que ça », indique Roberto Rossi.

« On y arrive ! L’un des défis, c’est de savoir si on engage du personnel pour le volume potentiel ou pour le volume existant. »

T-Lab travaille présentement à un vélo de montagne en titane et à un nouveau vélo de route.

Mais « la grande priorité pour l’instant, pour nous, c’est de nous faire connaître, de faire comprendre ce que l’on fait. »

Là aussi, ils y arrivent. En mars dernier, à l’exposition North American Handmade Bicycle, le vélo tout-terrain T-Lab X3 a été récompensé deux fois.

Une démonstration aura d’ailleurs lieu à la journée portes ouvertes du circuit Gilles-Villeneuve, le 15 juin prochain.