Une solution pour gagner de l’espace dans des logements restreints.

André Dubuc
André Dubuc La Presse

L’innovation ?

Move Home permet de gagner de l’espace dans son logement grâce au déplacement linéaire d’un bloc qui se compose d’une cuisine et d’une salle d’eau.

Qui ?

L’architecte Pierre Leclerc a fondé les Modules écologiques Move Home en 2013. Il s’est associé par la suite avec Raymond Ouellette, fondateur de Novatech, fabricant de portes d’entrée. En juillet 2017, le duo a engagé Jean Drolet comme directeur général. Titulaire d’un MBA, M. Drolet compte 30 ans d’expérience dans le développement de produits.

Le produit

Move Home propose aux promoteurs de condos et propriétaires de logements locatifs un aménagement qui repose sur un module mobile formé d’une cuisine et d’une salle d’eau avec toilette, lavabo et douche. Ce bloc mobile permet d’agrandir la salle de séjour, le jour, et la chambre à coucher, la nuit. La manipulation se fait par simple pression du doigt sur un écran tactile. Le dispositif fait l’objet de demandes de brevets et est garanti 10 ans. Du mobilier escamotable accompagne le module mobile : table, bureau et lit. « On trouve les électros : lave-vaisselle, frigo, laveuse-sécheuse ; c’est du minimalisme, mais c’est fonctionnel », dit Jean Drolet.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Jean Drolet, directeur général, devant le module Move Home qui permet de construire pour moins cher en offrant plus d’espace.

Le gain d’espace dépasse les 100 pi2. Ainsi, un loft minuscule de 250 pi2 — propice aux résidences étudiantes — s’agrandit à 350 pi2, un gain de 40 %. Pour un studio de 465 pi2, un produit ciblant les accédants à la propriété ou les personnes âgées, l’espace de vie grimpe de 160 pi2. Le produit s’applique autant pour la construction neuve que pour la rénovation de logements existants.

Le coût

Le Move Home permet en somme d’offrir un appartement de deux chambres (800 pi2) au prix d’un appartement d’une chambre (638 pi2) ; en soustrayant le coût du module (environ 60 000 $, ce qui inclut les armoires, les électroménagers, le lit et le bureau escamotables), on arrive à une économie nette d’environ 40 000 $ sur un appartement de deux chambres standard.

Pour le constructeur, l’innovation se traduit par des économies tout en entraînant une simplicité de supervision. Il y a des coûts de plomberie en moins. Il n’y a ni cuisine ni salle d’eau à construire. Les armoires sont aussi fournies.

L’avenir

Ouverte en mars 2017, l’usine de MOVE Home emploie sept personnes à Sainte-Julie. « On est en embauche : deux personnes en R-D et deux à la production. Les prochaines unités seront livrées cet automne », dit M. Drolet. L’entreprise a 62 unités dans son carnet de commandes, dont 12 unités dans une coopérative d’habitation de Sherbrooke destinée aux personnes âgées. « Les promoteurs sont réceptifs », indique-t-il. Un premier produit a été développé et installé, comme projet-pilote, en 2015, dans quatre logements de l’ensemble Loggia Urbaine, au 5270, chemin Chambly, dans l’arrondissement de Saint-Hubert, à Longueuil.

Ce qu’ils en pensent

Le spécialiste en marketing immobilier Gilles Ouellet voit un excellent potentiel pour l’innovation. « C’est une solution d’avenir. Tu construis pour moins cher en offrant plus d’espace disponible. C’est brillant », résume M. Ouellet, qui est un ami de l’architecte Pierre Leclerc.

« Le concept d’un mur qui bouge est une façon géniale de concilier le fait d’avoir un logement de petite taille tout en ayant des surfaces utilisables plus grandes au bon moment dans la journée », dit Roger Plamondon, président du groupe immobilier chez Broccolini, qui construit des copropriétés aussi petites que 400 pi2. M. Plamondon a rencontré Move Home avec son équipe. Il confie être en train de regarder le produit, avoir fait des plans, pour déterminer si Broccolini est capable d’intégrer le module Move Home dans certaines de ses plus petites unités.