(New York) Le site de Reuters va devenir payant, a annoncé jeudi l’agence de presse, avec l’ambition d’attirer une clientèle professionnelle qui aura accès à un contenu plus étoffé que celui actuellement disponible.

Agence France-Presse

Gratuit jusqu’ici et vitrine de l’agence, Reuters.com proposera un abonnement de 34,99 dollars par mois. Le site sera encore consultable gratuitement dans la limite de cinq articles durant la période de lancement, a indiqué Reuters dans un communiqué.

Entité du groupe canadien de médias et services Thomson Reuters, l’agence Reuters propose à la fois ses contenus à des particuliers, via son site et son application, et à des entreprises, dont des médias qui le diffusent ensuite en ligne, parfois gratuitement.

En 2018, Thomson Reuters a cédé à la société d’investissement Blackstone son activité « Financial and Risk », qui comprend les terminaux financiers et les données de marché, principale source de revenus du groupe jusque-là.

Logée dans une nouvelle filiale de Blackstone, appelée Refinitiv, cette activité avait conclu avec Thomson Reuters un contrat de 30 ans, qui prévoyait que l’agence Reuters lui fournirait ses contenus, moyennant 325 millions de dollars par an. En janvier, Refinitiv a été racheté 27 milliards de dollars par la Bourse de Londres, le LSE.

Le contrat avec Refinitiv assure donc environ la moitié du chiffre d’affaires de l’agence, qui s’est monté à 628 millions de dollars en 2020, pour un bénéfice d’exploitation (EBITDA) de 73 millions de dollars.

Avec le lancement de l’offre payante, le site de Reuters va faire peau neuve, offrant une présentation enrichie et plus dynamique. Les abonnés auront aussi accès à des contenus que ne pouvaient consulter jusqu’ici les utilisateurs du site sous sa forme gratuite.

Reuters mettra ainsi à disposition des informations spécifiques susceptibles d’intéresser les professionnels et relatives, notamment, aux secteurs de l’énergie, de la santé, de l’automobile, de l’environnement ou des transports.

Il s’agit de « la plus importante transformation numérique en une décennie » pour Reuters, a déclaré le directeur marketing Josh London, cité dans un communiqué. L’agence compte 2500 journalistes répartis dans 200 villes du monde.

En mai 2018, l’agence Bloomberg avait déjà fait passer son site de gratuit à payant, à un tarif identique à celui annoncé jeudi par Reuters, soit 34,99 dollars par mois.