Bell peut mettre la main sur la chaîne de télé généraliste V, a tranché le CRTC vendredi.

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

En achetant la chaîne V, Bell met la main sur une chaîne de télé généraliste francophone au Québec pour rivaliser avec Québecor, qui possède la chaîne généraliste TVA ainsi que des chaînes spécialisées. Bell paiera environ 30 millions de dollars pour acheter V.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), l’organisme réglementaire qui doit approuver les transactions dans l’industrie de la radio et de la télé, conclut que l’achat de V par Bell « sert l’intérêt public ». De façon exceptionnelle, le CRTC rendra les motifs de sa décision ultérieurement.

Durant les audiences publiques du CRTC sur la transaction, Québecor s’est opposé de façon très forte à la transaction. Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, avait traité Bell de « danger public » dans l’industrie des médias au pays. M. Péladeau estimait que la « sauvegarde de [la] démocratie » était menacée si jamais le CRTC permettait à Bell d’acheter V.

Comme conditions pour acheter V, le CRTC a toutefois imposé des conditions particulières à Bell : le nouveau groupe des télés de Bell (incluant V) devra consacrer 40 % de ses revenus en émissions canadiennes, dont 18 % des revenus en émissions d’intérêt national. Auparavant, Bell devait dépenser 35 % de ses revenus en contenu canadien et V devait diffuser 18 % de ses revenus en émissions d’intérêt national.

« Bell est maintenant à une étape plus près d’assurer la viabilité à long terme de V alors que l’industrie de la télédiffusion traverse une période critique, a indiqué Karine Moses, présidente de Bell au Québec, par voie de communiqué. C’est une nouvelle ère qui débute pour l’écosystème télévisuel québécois et Bell Média offrira de nouvelles occasions de création de contenu francophone et une programmation améliorée de nouvelles. Nous sommes impatients d’accroître nos investissements dans le contenu québécois et la culture québécoise grâce à V. »

« Je suis persuadé que l’expertise de l’équipe de direction de Bell Média permettra d’accroître la portée de V et de bâtir un auditoire encore plus grand pour du contenu de haute qualité en français, dans une offre de télédiffusion multiplateforme », a indiqué Maxime Rémillard, président du Groupe V Média, par voie de communiqué.

Maintenant que le CRTC a approuvé la transaction, celle-ci devrait être finalisée officiellement par les deux parties au cours des prochaines semaines.