Québecor veut la fin de la version payante d’ICI Tou.tv (l’Extra), qui fait de Radio-Canada « une télévision publique à deux vitesses », selon l’entreprise.

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

Le conglomérat de télécommunications dirigé par Pierre Karl Péladeau a déposé une plainte contre Radio-Canada au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes. Il demande que le CRTC force Radio-Canada à cesser d’offrir le service payant (l’Extra) d’ICI Tou.tv. Québecor estime qu’ICI Tou.tv ne respecte pas le mandat du diffuseur public ni la réglementation fédérale qui interdit toute préférence indue pour la distribution d’un service de télé.

[Radio-Canada] outrepasse son mandat en créant une télévision publique à deux vitesses : des contenus enrichis, exclusifs et offerts en primeur aux mieux nantis, et des contenus réguliers et des reprises à la masse.

Extrait de la plainte de Québecor au CRTC

Radio-Canada estime que la plainte de Québecor est « non fondée ». « Nous le démontrerons auprès du CRTC au moment opportun », indique par courriel la société d’État.

Québecor reproche essentiellement deux choses à ICI Tou.tv Extra. D’abord, le service ne respecte pas le mandat de diffuseur public de Radio-Canada, qui s’accorde ainsi une préférence indue. Ensuite, en l’offrant gratuitement aux abonnés de Telus (en raison d’une entente commerciale entre Radio-Canada et Telus), Radio-Canada accorde une deuxième préférence indue aux abonnés de ce service.

« Avec Tou.tv Extra, la SRC dévie dangereusement de son mandat de diffuseur public. Premièrement, elle facture des frais d’abonnement pour accéder à du contenu déjà largement financé par les contribuables, à même leurs taxes et leurs impôts. En plus, en offrant sur Tou.tv Extra des émissions provenant de chaînes comme V, TV5, VRAK ou ARTV, la SRC agit désormais comme un télédistributeur, en contravention avec la Loi sur la radiodiffusion, tout en ne contribuant pas au Fonds des médias du Canada, dont elle est par ailleurs largement bénéficiaire », a indiqué Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor, dans un communiqué.

Québecor exploite le Club illico (15 $ par mois), un service de visionnement semblable à ICI Tou.tv Extra (6,99 $ par mois). Les deux services ont une stratégie de programmation très similaire : plusieurs séries télé sont proposées sur cette plateforme avant d’être offertes gratuitement à la télé traditionnelle, à TVA ou ICI Télé.

IMAGE TIRÉE DU SITE INTERNET D’ICI TOU.TV EXTRA

Site d’ICI Tou.tv Extra

Le CRTC a indiqué qu’il allait étudier la plainte de Québecor sur la question de la préférence indue. Quant aux questions du mandat du diffuseur public et du financement de Radio-Canada, le CRTC « est d’avis que ces types d’enjeux seraient mieux traités » dans le cadre du renouvellement de la licence de Radio-Canada. Le débat sur la licence de Radio-Canada aura lieu en mai prochain lors d’audiences publiques du CRTC.