(Toronto) Plus de 70 anciens employés de Radio-Canada souhaitent que le CRTC enquête sur la nouvelle division de contenu de marque du diffuseur public, Tandem.

Victoria Ahearn
La Presse Canadienne

Le groupe dit avoir envoyé une lettre au Conseil de radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), disant craindre que les frontières soient brouillées entre la publicité et l’information.

Il fait aussi valoir que le service multiplateforme des services français et anglais de Radio-Canada, récemment inauguré, s’écarte clairement de la mission du diffuseur public canadien.

Le groupe affirme souhaiter que l’enquête du CRTC comporte une évaluation des pratiques présentes et passées de Radio-Canada à l’égard d’un contenu de marque qui profite de la confiance des Canadiens envers les services de nouvelles et d’information du diffuseur public.

Tandem permet à des clients commerciaux de faire appel à Radio-Canada pour créer des campagnes de contenu promotionnel, comme des articles et des éléments audio et vidéo.

Lorsque questionné sur les commentaires du groupe, le chef des affaires publiques à CBC a souligné que si le service Tandem était nouveau, le contenu de marque ne l’était pas.

« En fait, nous offrons (ce service) à nos annonceurs depuis plusieurs années, tout comme d’autres médias à travers le monde », a dit Chuck Thompson par courriel, vendredi.

En annonçant la mise en vigueur de Tandem en septembre, le diffuseur public disait avoir embauché de nouveaux employés et ajouté deux éditeurs de contenu. M. Thompson a fait valoir que ce département était entièrement séparé de l’équipe de journalistes.

Le groupe ayant envoyé la lettre au CRTC fait valoir des enjeux de transparence.

« Radio-Canada n’a fait aucune mention du contenu de marque dans sa demande de renouvellement de licence au CRTC de l’automne 2019. Il n’y a aucune référence dans les renseignements publics du CRTC à propos de Radio-Canada, pas plus que dans les rapports annuels de Radio-Canada », affirme le groupe.

Kelly Crowe, ancienne journaliste pour les sciences de la santé au sein du programme phare de CBC « The National », a soutenu que « CBC vend du contenu de marque sans avoir eu au préalable une discussion franche sur les implications avec ses propres journalistes et la population canadienne ».

« À quel moment le conseil d’administration de CBC a-t-il approuvé cette forme de marketing et quelles sont les règles qui encadrent la présentation du contenu de marque pour éviter d’induire en erreur les lecteurs et auditeurs ? », a-t-elle fait valoir.

Les anciens présidents de Radio-Canada Tony Manera et Robert Rabinovitch figurent parmi les signataires de la lettre au CRTC critiquant le service Tandem.

S’y retrouvent également les anciens animateurs et chefs d’antenne Adrienne Clarkson, Peter Mansbridge et Elizabeth Gray, et les journalistes Mellissa Fung, Linden McIntyre et Brian Stewart.

Le groupe a dit aussi souhaiter que le CRTC mette le contenu de marque à l’ordre du jour de l’audience de renouvellement de licence de janvier, ou qu’il y ait lancement d’une enquête distincte.

« C’est bien connu que CBC vit des difficultés financières depuis plusieurs années, mais certaines choses ne devraient pas être à vendre », a affirmé Paul Gaffney, qui a travaillé pour le diffuseur public pendant environ 30 ans.