(Ottawa) Un groupe représentant les médias imprimés et numériques au Canada dénonce l’intention de Postes Canada d’étendre son service de distribution de circulaires commerciales.

La Presse canadienne

News Media Canada affirme que la décision de Postes Canada de distribuer des dépliants publicitaires emballés « nuirait sérieusement » à une source de revenus importante pour la plupart des journaux.

La stratégie de Postes Canada repose sur un « avantage injuste », soit la possibilité d’accéder aux boîtes aux lettres des appartements et des immeubles en copropriété, a déclaré le groupe.

Dans un communiqué publié jeudi, News Media Canada demande à Ottawa d’empêcher Postes Canada d’utiliser un outil mis à sa disposition par le gouvernement fédéral pour concurrencer directement les journaux locaux.

Les journaux sont traditionnellement la principale source de diffusion des circulaires faisant la publicité de produits d’entreprises locales, et cette pratique constitue une source de revenus majeure pour de nombreux médias.

Postes Canada a réagi jeudi par courriel, affirmant qu’elle faisait concurrence de manière équitable pour offrir une valeur ajoutée aux entreprises et aux consommateurs canadiens. La société d’État a indiqué qu’elle avait « pour mandat de servir tous les Canadiens tout en restant autonome sur le plan financier ».

Les entreprises locales ont plusieurs options pour la distribution de circulaires, et les journaux continuent de livrer la « grande majorité » des circulaires, note Postes Canada. La société précise également que, même si elle dispose d’un accès exclusif aux boîtes aux lettres, d’autres distributeurs peuvent obtenir l’autorisation d’y accéder par l’intermédiaire des propriétaires et des gestionnaires d’immeubles.

Cette décision va toutefois à l’encontre des efforts récents du gouvernement fédéral visant à soutenir les médias, qui connaissent des difficultés depuis plusieurs années, a déclaré le directeur de News Media Canada, John Hinds.

« À une époque où notre industrie est en pleine transition, cette concurrence déloyale délibérée à l’un des piliers fondamentaux des revenus des journaux par une société d’État fédérale est très troublante », a déclaré M. Hinds dans son communiqué.

Le gouvernement libéral a promis des crédits d’impôt et des incitatifs de près de 600 millions à certains médias, au cours des cinq prochaines années.

Les médias qui répondent à certaines conditions recevront un crédit d’impôt de 25 % sur les salaires de certains employés des salles de rédaction, tandis que les médias pourront également demander le statut d’organisme de bienfaisance.