Québecor a reçu près de 100 millions en subventions de la part du gouvernement fédéral pour ses différents magazines depuis 2006, selon des données compilées par La Presse.

Dominique Talbot Dominique Talbot
La Presse

Alors que le PDG de l’entreprise, Pierre Karl Péladeau, a désapprouvé mercredi l’idée d’une aide financière publique lors de son intervention devant la commission parlementaire sur l’avenir des médias d’information, qui a lieu cette semaine à Québec, son entreprise a reçu 21 subventions en 2019 pour ses magazines, notamment ceux de la principale filiale du groupe, TVA Publications.

Au total, ses filiales TVA Publications, Les Publications Charron et Cie ainsi que Musique Select (un distributeur de musique) ont obtenu cette année 10 468 152 $ d’argent public de la part de Patrimoine canadien.

Depuis 2006, le ministère fédéral chargé notamment d’appuyer la culture, les arts et la participation citoyenne a versé 98,7 millions aux filiales de Québecor* par l’entremise de neuf programmes.

« Beaucoup d’argent »

Au cours de son intervention mercredi devant les membres de la commission, Pierre Karl Péladeau a qualifié de « quêteux » les patrons de presse favorables à un programme d’aide universel aux médias.

« Les éditeurs ne se sont pas adaptés et sont devenus des quêteux, dont la pérennité dépend du bon vouloir de celles et de ceux qui sont aux commandes de l’État », a-t-il exprimé.

« C’est beaucoup d’argent », dit Jean-Hugues Roy, professeur à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

J’ai trouvé [mercredi] que M. Péladeau crachait en l’air. Ça lui retombe au visage aujourd’hui.

Jean-Hugues Roy

Ce dernier a aussi comptabilisé les aides gouvernementales reçues par le géant québécois depuis 2006. Selon lui, Québecor a bénéficié du tiers des sommes versées au Québec par Patrimoine canadien pour soutenir les magazines.

Le professeur a publié hier matin le fruit de ses recherches sur son compte Facebook, suscitant de nombreuses réactions et près de 400 partages.

« Il y a quand même une nuance à faire, car M. Péladeau parle de financement de l’information [pas de celui des magazines]. Mais les magazines Maclean’s et L’actualité sont aussi des médias d’information. Il ne peut pas dire que les éditeurs sont des quêteux. L’aide publique fait partie des règles du jeu. J’ai trouvé cela un peu grossier », ajoute M. Roy.

Pas moins de 27 subventions ont été versées à Québecor pour la seule année 2015. L’entreprise a ainsi accaparé 46,1 % du soutien financier offert par Patrimoine canadien au Québec au cours de cette période, selon les données compilées par Jean-Hugues Roy.

Attitude critiquée

Le professeur de journalisme à l’Université d’Ottawa Marc-François Bernier rappelle que les programmes gouvernementaux qui ont permis aux magazines de Québecor d’obtenir ces sommes « sont normés », et que l’entreprise est libre d’y avoir accès.

C’est plutôt l’attitude de M. Péladeau envers ses concurrents, dont La Presse, qui a dérangé M. Bernier. « Il y a des milliers de gens qui sont sympathiques à sa cause et qui vont relayer ses messages sur les réseaux sociaux. C’est malsain et les médias ont déjà assez de problèmes comme ça. Et il y a déjà une certaine animosité contre les médias au Québec. Il ne faut pas en ajouter inutilement », commente-t-il.

De plus, ajoute le professeur, le PDG de Québecor n’a pas dit qu’il refuserait l’aide de Québec si jamais le gouvernement en place décidait de s’engager dans cette voie.

« Ce que j’ai compris de son témoignage [celui de Pierre Karl Péladeau], c’est que s’il y a de l’aide, il en faut pour tout le monde. Donc il va la prendre. […] Il n’a pas dit qu’il ne la prendrait pas. »

On peut aussi penser que les journaux de Québecor auront peut-être aussi des difficultés dans l’avenir. Il y a une commission parlementaire sérieuse et il avait l’occasion de faire passer son message autrement.

Marc-François Bernier, professeur de journalisme à l’Université d’Ottawa

« Le message dans tout ça, c’est que tout le monde reçoit de l’argent public. Ce n’est pas une tare », dit de son côté Jean-Hugues Roy.

Rappelons qu’en 2018, Pierre Karl Péladeau avait publiquement critiqué le prêt de 10 millions du gouvernement du Québec au Groupe Capitales Médias, un prêt consenti par le truchement d’Investissement Québec.

L’entreprise s’est placée la semaine dernière sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers. Le gouvernement Legault a rapidement annoncé une aide de 5 millions pour permettre aux six quotidiens de l’entreprise de poursuivre leurs activités en attendant un éventuel rachat, possibilité que n’a d’ailleurs pas écartée Québecor.

Québecor n’a pas rappelé La Presse.

* Cette somme inclut 1,4 million en subventions à Musique Select entre 2015 et 2019.

— Avec la collaboration de William Leclerc, La Presse

Sommes reçues par des magazines de Québecor au cours des dernières années

TV Hebdo : 14 349 477 $ (depuis 2010)*
* L’entreprise reçoit 1,5 million par année en subvention depuis 2013
7 jours : 12 333 234 $ (depuis 2006)
La Semaine : 7 653 922 $ (depuis 2010)
Échos Vedettes : 6 158 646 $ (depuis 2006)

Subventions reçues par les filiales de Québecor au cours des dernières années

Pour TVA Publications, Publications Charron et Musique Select
2018 : 12 890 219 $
2017 : 12 405 270 $
2016 : 12 776 658 $
2015 : 14 652 483 $
2014 : 7 448 965 $

Source : Données compilées par La Presse