Le gouvernement Legault annonce une aide de cinq millions de dollars pour permettre aux six quotidiens régionaux du Groupe Capitales Médias de poursuivre leurs activités en attendant d’être rachetés.

Thomas Dufour
La Presse

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Cette aide impliquera une restructuration de l'entreprise. Le président exécutif et unique actionnaire du Groupe, Martin Cauchon, quittera son poste dans les prochains jours dès l'entrée en fonction du président exécutif intérimaire, Stéphane Lavallée.

Cette annonce survient quelques heures après que le Groupe Capitales Médias ait entamé des procédures prévues par la Loi sur les arrangements avec les créanciers en raison d’un manque de liquidités.

Ce prêt servira à soutenir jusqu’au 31 décembre 2019 les six journaux - Le Soleil, Le Droit, Le Nouvelliste, La Tribune, Le Quotidien et La Voix de l’Est.

Le prêt sera octroyé par l’entremise d’Investissement Québec. Le gouvernement ne deviendra pas actionnaire du Groupe. 

Les activités des six journaux seront conservées «intégralement». Les 350 employés du Groupe poursuivront leurs activités.

«Il était impensable pour nous d’envisager la fermeture de ces six journaux», a déclaré le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, lors d’une conférence de presse. 

La ministre de la Culture, Nathalie Roy, a rappelé que le gouvernement préconise une solution «globale » pour les médias et non une aide «à la pièce».

Marie-Ève Martel, présidente par intérim du Syndicat des journalistes de La Voix de l’Est, s’est dite soulagée par la nouvelle. «Cela ne signifie pas que nous devons nous asseoir sur cette aide, bien au contraire, a-t-elle précisé. Nous devrons nous relever les manches et trouver des manières de s’éloigner du gouffre pour de bon.»

Groupes Capitales Médias doit près de 26 millions à ses créanciers, notamment 4,8 millions à ses abonnés, 3,4 millions en salaires, vacances et bénéfices marginaux courus et près d’un million à Imprimeries Transcontinental.

Trudeau «très préoccupé»

De passage à Québec, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s’est dit «très préoccupé» lundi de la situation à Groupe Capitales Médias. 

«On va toujours être là pour regarder comment on peut aider [les médias en difficulté], tout en respectant [leur] indépendance», a-t-il répondu avec prudence, alors qu’il était questionné si Ottawa allait offrir une aide d’urgence pour que l’entreprise de presse puisse continuer de publier. 

«Il faut qu’il y ait le plus de médias possible. Ceux qui existent doivent survivre. La multiplication des sources médiatiques et des médias en démocratie est fondamentale. Je souhaite ardemment que Le Soleil de Québec puisse continuer à être publié pour longtemps», a pour sa part réagi le maire de Québec, Régis Labeaume. 

Commotion au Soleil 

Au Soleil, à Québec, des journalistes à qui La Presse a parlé se sont dits sonnés par la nouvelle. Le propriétaire de Groupe Capitales Médias, Martin Cauchon, aurait fait une allocution dans la salle de rédaction du journal avant de partir. 

Des journalistes ont rappelé que la situation est précaire au Soleil depuis plusieurs années. La salle des nouvelles comptait il y a quelques années près de 100 journalistes. Ils ne sont plus qu’une quarantaine. 

Malgré tout, les journalistes rencontrés se sont dits déterminés à «démontrer la pertinence du Soleil» dans le marché de Québec, où domine Le Journal de Québec de Québecor. «Le Soleil est important pour la diversité des voix», a affirmé un journaliste, ajoutant que ses collègues et lui-même aimeraient bien sentir un appui de la population.

Chose certaine, Le Soleil – comme les autres quotidiens de Groupe Capitales Médias – sera publié mardi. 

- Avec la collaboration d'Isabelle Massé