(New York) Les marchés ont reculé vendredi dans la perspective d’un resserrement monétaire à venir aux États-Unis, les investisseurs se montrant moins optimistes sur les résultats d’entreprises, après quelques ratés, dont celui de Netflix.

Mis à jour le 21 janvier
Agence France-Presse

L’ensemble des places européennes ont fini franchement dans le rouge : Francfort (-1,94 %), Paris (-1,75 %), Londres (-1,20 %) et Milan (-1,84 %).

À Wall Street, le Dow Jones a perdu 1,30 %, signant là sa sixième séance de repli consécutive, tandis que le NASDAQ, très influencé par les valeurs technologiques, a perdu 2,72 %, l’indice élargi S&P 500 cédant lui 1,90 %.

Depuis son plus haut de fin novembre, le NASDAQ a lâché plus de 15 %. Sur la semaine écoulée, l’indice a abandonné 5,6 %, soit sa pire performance depuis le début de la pandémie.

« Les investisseurs s’interrogent sur la prochaine remontée des taux de la Fed. Elle est attendue pour la réunion de mars, mais l’ampleur de la hausse (25 ou 50 points de base) est aujourd’hui le facteur d’incertitude », selon une note d’Edmond de Rotschild.

La Réserve fédérale américaine (Fed) réunit son comité de politique monétaire en milieu de semaine prochaine et les investisseurs attendent des précisions sur son scénario de remontée des taux.

À ces craintes, « il faut ajouter la prudence de certains investisseurs alors que les premiers résultats annuels commencent à tomber, sans oublier les tensions entre la Russie d’un côté et l’Europe et les États-Unis de l’autre », estiment les experts d’Edmond de Rotschild.

Après les résultats des banques américaines, qui ont été jugés mitigés ces derniers jours, les investisseurs ont été déçus vendredi par des résultats d’entreprises, Netflix en tête.

La plateforme voit son portefeuille croître de 2,5 millions d’abonnés en net au premier trimestre, ce qui serait son plus mauvais chiffre pour cette période de l’année depuis douze ans.

Le titre a terminé en recul de 21,79 %, à 397,50 dollars. En deux mois, l’action a chuté de plus de 43 %. Netflix a retrouvé sa valorisation d’avril 2020, au tout début de la pandémie de coronavirus.

« Ça a fait peur au marché », selon Ross Mayfield, analyste chez Baird. L’indice VIX, qui mesure la volatilité du marché, est brutalement remonté, s’inscrivant près des niveaux connus juste après la découverte du variant Omicron.

« Le secteur technologique qui s’est érigé comme le grand gagnant de la crise sanitaire, peine à retrouver le chemin de la hausse depuis plusieurs semaines à mesure que la remontée des taux semble de plus en plus inévitable », selon Edmond de Rotschild.

Les tensions géopolitiques autour du dossier ukrainien ont également contribué à alimenter la pression sur les marchés.

La nervosité générale a profité aux obligations, dont les prix ont augmenté et les taux reculés (les deux évoluent en sens inverse). Le taux de référence des emprunts d’État américains à dix ans se détendait à 1,77 %, contre 1,83 % la veille.

Le pétrole reflue après ses records

Les cours du pétrole ont fléchi, neutralisés par les stocks américains en augmentation, mettant fin à une série de gains quotidiens forts dans un marché avec peu d’appétit pour les actifs à risque.  

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a perdu 0,55 % à 87,89 dollars.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en mars, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, a cédé 0,47 % à 85,14 dollars.

Les minières ont creusé leurs pertes

À Paris, ArcelorMittal a chuté de 7,33 % à 28,84 euros. Sur la place britannique, Evraz a perdu 4,18 % à 540,60 pence, BHP 3,16 % à 2423,50 pence et Anglo American 2,70 % à 3429,50 pence.

L’éolien dans la tempête

Le fabricant de turbines Siemens Energy s’est effondré de 16,63 % à 19,13 euros, après avoir abaissé ses prévisions pour l’année 2022, surtout en raison de sa filiale dans l’éolien Siemens Gamesa, qui a revu en baisse ses perspectives.

L’euro monte et le bitcoin chute

L’euro montait de 0,30 % à 1,1346 dollar, tandis que le bitcoin chutait de 11,39 % à 36 963 dollars.