(New York) Un accord au Congrès américain sur le report de l’échéance liée à la dette des États-Unis a permis aux marchés actions de progresser nettement jeudi.

Agence France-Presse

À Wall Street, le Dow Jones a clôturé en hausse de 0,98 %, l’indice NASDAQ à forte coloration technologique a gagné 1,05 % et l’indice élargi S&P 500 a lui glané 0,83 %.

L’Europe a conclu en forte progression : Paris a rebondi de 1,65 %, Londres de 1,17 %, Milan de 1,51 % et Francfort de 1,85 %.

Plus tôt, l’Asie avait aussi clôturé nettement dans le vert, Hong Kong gagnant même plus de 3 %.  

« La poussée des actions a tout à voir avec la pause dans le petit jeu entre partis au Congrès sur le plafond de la dette », a commenté Marc Zabicki, directeur de la recherche chez LPL Financial.

Sénateurs républicains et démocrates se sont entendus jeudi pour repousser la date limite pour relever le plafond de la dette des États-Unis, du 18 octobre au 3 décembre.

Mais rien n’est résolu sur le fond et la crise pourrait durer encore plusieurs semaines.

Les investisseurs ont également apprécié la baisse plus forte qu’attendu des inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis. Mercredi, le rapport sur l’emploi privé ADP avait aussi été positif et le chiffre de créations d’emplois supérieur aux prévisions.

Mais le juge de paix interviendra vendredi, avec la publication des chiffres du marché du travail pour septembre par le département américain du Travail. Les données doivent servir de référence pour la Réserve fédérale américaine (Fed), pour qu’elle calibre la restriction de sa politique monétaire des prochains mois.

Les taux américains remontaient donc, à 1,57 % pour les emprunts d’État américains à 10 ans, contre 1,53 % la veille.  

Le bitcoin reprend son souffle

Le cours du bitcoin faisait une pause (-1,91 %) à 54 169 dollars, après avoir atteint dans la nuit 55 607 dollars, son plus haut niveau depuis près de cinq mois.

L’automobile recherchée

Les valeurs cycliques, qui dépendent le plus de l’activité économique, étaient les gagnantes de la détente au Congrès.

C’est notamment le cas de l’automobile. En Allemagne, BMW (+2,25 % à 83,45 euros) a vendu près de 20 % de voitures en plus sur les trois premiers trimestres par rapport à la même période de 2020. Daimler (+4,06 % à 78,64 euros) et Volkswagen (+2,10 % à 190,52 euros) roulaient aussi en tête du Dax.

Le constructeur automobile General Motors a aussi bien figuré à Wall Street (+4,75 % à 56,49 dollars), après avoir dévoilé son objectif de doubler son chiffre d’affaires d’ici à 2030.  

Des ambitions pour les constructeurs

Le groupe de matériaux de construction et de distribution Saint-Gobain a confirmé viser des résultats dans le haut de sa fourchette pour 2021 lors d’une conférence de presse de présentation de ses objectifs. « 2021 sera une très bonne année pour Saint-Gobain » qui espère « devenir leader de la construction durable », a assuré Benoît Bazin, le directeur général. Le titre a affiché une hausse de 4,23 % à 58,86 euros, la plus forte de l’indice parisien.

Son concurrent suisse Sika a progressé quant à lui de 3 % à 306 francs suisses.

Natwest plaide coupable

La banque britannique NatWest a perdu 1,36 % à 225 pence après avoir plaidé coupable devant la justice britannique dans une affaire de blanchiment d’argent portant sur 365 millions de livres qui pourrait lui valoir une sanction de plusieurs centaines de millions de livres. La décision est prévue « dans quatre à huit semaines ».

Du côté du pétrole et de l’euro

Les cours du pétrole sont repartis un peu à la hausse, à bonne distance néanmoins des sommets atteints mecredi en début de séance.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a terminé en hausse de 1,07 % par rapport à la clôture de mercredi à 81,95 dollars, à Londres.

À New York, le baril de WTI pour le mois de novembre a aussi engrangé 1,12 % à 78,30 dollars.

L’euro se stabilisait face au billet vert (-0,01 %) à 1,1554 dollars, après avoir atteint un plus bas en 14 mois et demi la veille (1,1529 dollar pour un euro).