(Londres) Le prix de la tonne d’aluminium a atteint un nouveau sommet depuis plus de dix ans jeudi sur le London Metal Exchange (LME), tiré par les restrictions sur la production en Chine qui se conjuguent à une demande toujours élevée.

Agence France-Presse

Le prix de l’aluminium, utilisé dans le transport ou encore le bâtiment, a atteint jeudi 2734,50 dollars la tonne vers 2 h 50, une première depuis le 5 mai 2011, avant de refluer.

Il affiche une hausse de plus de 35 % depuis le début de l’année et de plus de 85 % depuis son dernier plancher en avril 2020, alors que la pandémie de COVID-19 frappait violemment la demande.

« Les prix de l’aluminium ont été soutenus par de nouvelles préoccupations concernant l’offre », expose Daniel Briesemann, de Commerzbank.

L’analyste dénombre cinq fonderies d’aluminium de la province chinoise du Xinjiang « ayant reçu l’ordre de réduire leur production à partir d’août » afin de limiter la consommation d’électricité, de quoi perturber l’offre d’une région qui représente « près d’un cinquième de la production totale chinoise ».

En dehors de la Chine, un important incendie déclaré en fin de semaine dernière dans une raffinerie d’alumine-composant essentiel de l’aluminium-en Jamaïque a contribué à perturber le marché.

En parallèle, la demande mondiale est forte : elle s’inscrit en hausse de 10,5 % de janvier à juin 2021 par rapport aux niveaux enregistrés un an auparavant, a annoncé le Bureau mondial des statistiques sur les métaux (WBMS) dans son dernier rapport publié le 18 août.

Selon lui, le marché de l’aluminium est par conséquent déficitaire depuis le début de l’année, de l’ordre de 1,021 million de tonnes, alors qu’il était excédentaire d’un volume comparable l’an dernier.

Le marché a de plus « ignoré la libération d’un stock total de 210 000 tonnes par les autorités chinoises », a souligné Wenyu Yao, analyste de ING.

La Chine met en vente depuis cet été une partie de ses réserves nationales de cuivre, d’aluminium et de zinc, afin de freiner la hausse des prix des matières premières qui menace la reprise de l’économie mondiale et la santé des entreprises du géant asiatique.

Avec moins de succès pour l’aluminium que pour d’autres métaux industriels : ainsi le cuivre a vu son prix se tasser depuis le récent sommet du mois de mai.